VIDEO. En plein reportage, ce journaliste se fait braquer avec un fusil

Ph. Twitter

Reporter sur la chaîne équatorienne d’Ocho 11, Diego Ordinola a connu un reportage éprouvant le 12 février dernier. Alors qu’il s’exprimait, micro en main, aux abords du stade Monumental, il a été braqué par un homme, pistolet au poing. Le journaliste s’est indigné sur Twitter et a récolté de nombreux messages de soutien.

Le métier de journaliste n’est pas toujours de tout repos, et ce n’est pas Diego Ordinola, un Equatorien, qui vous dira le contraire. Lui et son équipe de télévision pour Ocho 11 ont été victimes d’un braquage alors qu’ils tournaient un sujet aux abords du stade Monumental, dans la ville de Guayaquil.

Un homme s’est avancé vers eux, pistolet au poing, en demandant que ceux-ci lui donnent leurs téléphones. Paniqués, ils ont accédé à sa demande et le voleur s’en est allé sur une moto conduite par un complice, alors que le journaliste appelait la police. Le caméraman a eu la judicieuse idée de faire un zoom sur plaque d’immatriculation, afin d’aider les autorités à retrouver les malfrats.

Un vrai problème de délinquance

Sur Twitter, le journaliste s’est indigné de cet épisode qu’il a vécu le 12 février dernier: « On ne peut même plus travailler tranquillement, ça s’est produit aujourd’hui à 13 heures devant le stade Monumental. La police a promis de retrouver ces criminels. #insécurité. » Diego Ordinola a ensuite tenu à remercier les nombreux messages bienveillants qu’il avait reçus, concluant en disant qu' »ensemble, nous éradiquerons la délinquance en Equateur ».

Parmi les pistes explorées dans les commentaires, on aborde notamment la rivalité entre plusieurs clubs de football au sein de la ville. Toutefois, le plus probable semble être que le journaliste, en costume, a dû attirer l’œil des voleurs, qui seraient toujours en liberté.

Lire aussi: VIDÉO. Il se tire dessus au milieu d’un braquage raté