Un assouplissement pour les activités en extérieur ? L’idée semble convaincre

Belga / N. Maeterlinck

Alors que la situation épidémiologique évolue favorablement dans notre pays, les experts du GEMS se penchent actuellement sur les modalités d’un déconfinement. D’après Het Laaste Nieuws, un assouplissement pourrait être envisagé pour les activités en plein air, ce qui signifierait un élargissement de la bulle sociale en extérieur.

En évoquant la réouverture des coiffeurs, tant le Premier ministre Alexander de Croo que le ministre de la santé Frank Vandenbroucke avaient souligné qu’une telle réouverture ne signifiait pas le début d’une nouvelle série d’assouplissements. Pourtant, à quelques jours d’un nouveau comité de concertation, plusieurs personnalités politiques se sont exprimées en faveur d’un assouplissement des mesures sanitaires dans divers secteurs (à condition que les chiffres continuent à baisser).

« Il est temps d’offrir des perspectives »

Il faut dire que les mesures pèsent de plus en plus sur le moral des Belges, en particulier des jeunes. Pour cette raison, le ministre-président de la FWB Pierre-Yves Jeholet (MR) a notamment plaidé pour un retour des étudiants sur les campus, un retour au présentiel dans les écoles secondaires ainsi qu’une reprise des spectacles.  

Georges-Louis Bouchez (MR) et Bart de Wever (N-VA) sont quant à eux pour une réouverture des restaurants dès le début du printemps.

Enfin, le président du CD&V, Joachim Coens, a plaidé pour un relâchement visant uniquement les rencontres en extérieur. Même son de cloche du côté du ministre de la Justice, Vincent Van Quickenborne (Open Vld). Il estime, lui aussi, que les premiers relâchements viseront d’abord les activités en extérieur. «Le danger est moins grand», a-t-il justifié.

« Il ne faut surtout pas se précipiter »

En revanche, les experts sanitaires, dont Erika Vlieghe et Steven Van Gucht, estiment qu’il est encore trop tôt pour envisager un tel assouplissement.

De leur côté, on insiste sur la prudence. Marius Gilbert rappelait ce week-end la nécessité d’opérer un déconfinement progressif : « le déconfinement doit se faire de manière extrêmement graduel. L’enjeu principal est d’essayer que chaque fois que l’on va déconfiner quelque chose, le faire avec beaucoup de prudence et en l’accompagnant de dispositifs. Il faut y aller très lentement », plaidait-il sur RTL.

Entre la prudence qui s’impose et l’urgence d’agir face à une population de plus en plus démoralisée, une idée semble satisfaire politiques et experts.

Plus de libertés en extérieur

D’après Het Laaste Nieuws, les experts du GEMS (Groupe d’Experts de stratégie de crise pour le Covid-19) doivent remettre un plan de déconfinement pour les secteurs à l’arrêt en Belgique. Celui-ci sera étudié lors du prochain comité de concertation, prévu le 26 février. L’ordre des assouplissements n’a pas encore été dévoilé, pas plus qu’un calendrier précis. La période des vacances de pâques est toutefois évoquée.  

Selon HLN, les experts seraient favorables à un assouplissement pour les activités en extérieur. Pour toutes ces activités, la bulle sociale pourrait donc être élargie.

Concernant l’horeca, il est envisagé que seules les terrasses puissent rouvrir dans un premier temps. Une idée qui ne ravit pas tous les acteurs du secteur. Les discussions sont donc en cours.

Sans surprise, ce calendrier de réouverture serait conditionné à l’évolution de la situation sanitaire (seuils de contaminations, d’hospitalisations et évolution de la vaccination).

Lire aussi : L’interdiction des voyages non essentiels attaquée devant le Conseil d’État