Test de Super Mario 3D World + Bowser’s Fury sur Nintendo Switch

Annoncé en septembre dernier et disponible ce 12 février sur Switch, « Super Mario 3D World + Bowser’s Fury » vient conclure les festivités du 35e anniversaire de Super Mario. Alors, vaut-il le coup ? On vous dit tout !

Un peu de contexte

Sorti en 2013 sur Wii U, « Super Mario 3D World » est le jeu qui s’est le moins vendu au sein de la saga culte de Nintendo. La faute à une Wii U qui n’a pas rencontré le succès escompté et qui a été un énorme échec commercial. Huit ans plus tard, les choses ont bien changé. En ce début d’année, Nintendo a annoncé avoir vendu 80 millions d’exemplaires de Switch dans le monde depuis son lancement en 2017. Des chiffres énormes qui laissent penser que la Switch pourrait devenir dans les prochaines années la console de jeux la plus vendue de l’histoire. À titre de comparaison, la Wii U s’est vendue à 13,5 millions d’exemplaires.

Dès le lancement de la Switch, Nintendo en a profité pour porter sur sa nouvelle console des jeux sortis sur la Wii U. Avec la petite mention Deluxe à côté, les joueurs ont ainsi eu droit à « Mario Kart 8 », « New Super Mario Bros. U » ou plus récemment « Pikmin 3 ». En 2021, il reste pourtant encore quelques jeux exclusifs à la Wii U qui n’ont pas encore eu droit à leur portage sur Switch. C’est notamment le cas de « Super Mario 3D World » qui débarque ce vendredi 12 février sous l’appellation à rallonge : « Super Mario 3D World + Bowser’s Fury ».

Lire aussi : Sept infos insolites sur Super Mario qui fête ses 35 ans !

Un excellent Super Mario à (re)découvrir sur Switch

Il fallait s’y attendre : l’adaptation sur Switch de « Super Mario 3D World » est extrêmement fidèle au jeu original sorti huit ans plus tôt. Peut-être même un peu trop. Certains joueurs espéraient des petites améliorations comme le fait de pouvoir faire tourner la caméra à 360° autour du personnage par exemple. Il n’en est rien. On notera quand même des graphismes plus nets et plus léchés, ainsi qu’une meilleure fluidité. Et puis, ne boudons pas notre plaisir : ce portage est l’occasion de (re)découvrir un excellent Super Mario en 3D. En effet, même s’il n’a pas rencontré le succès commercial escompté, « Super Mario 3D World » a été, à juste titre, salué par la critique à sa sortie et il mérite largement le coup d’œil.

L’une de ses caractéristiques est notamment d’avoir introduit la transformation féline du plombier moustachu. Mario peut ainsi se transformer en chat pour griffer les ennemis et grimper sur les décors. C’est également dans cet opus qu’est apparu pour la première fois Captain Toad qui a, plus tard, donné naissance à un jeu à part entière sur Wii U et Switch, et un nouveau format de niveaux, davantage axés sur la réflexion. La durée de vie est à la hauteur avec pas moins de douze mondes à découvrir et à explorer. Enfin, « Super Mario 3D World » est parfaitement adapté aux fonctionnalités multijoueur de la Switch puisque jusqu’à quatre joueurs peuvent y jouer simultanément en coopération, en local ou en ligne.

Lire aussi : Test de Super Mario 3D All-Stars : (un peu) plus qu’un portage HD sur Switch ?

La surprise du chef : Bowser’s Fury

Que ce soit avec « New Super Mario Bros. U Deluxe » ou plus récemment avec la compilation « Super Mario 3D All-Stars », Nintendo nous avait habitués à des portages un peu fainéant. On ne savait pas trop à quoi s’attendre avec ce « Super Mario 3D World + Bowser’s Fury » mais le titre donnait déjà une petite indication. Mais alors qu’on s’attendait à découvrir avec « Bowser’s Fury » un simple mode de jeu supplémentaire, c’est en réalité un véritable jeu à part entière et totalement indépendant de « Super Mario 3D World ». En effet, « Bowser’s Fury » est une vraie bonne surprise. C’est un nouveau Super Mario en 3D, en monde ouvert et avec une caméra libre que l’on peut faire tourner à 360° autour du perso avec le stick droit.

« Bowser’s Fury » n’est pas sans rappeler « Super Mario Sunshine ». Une version terrifiante et gigantesque de Bowser a recouvert un monde paradisiaque d’une substance noire et visqueuse. Aux commandes de Mario et aidé par Bowser Jr (qui peut soit être incarné par un deuxième joueur, soit par une IA dont vous pouvez choisir le nouveau d’assistance), vous allez devoir collecter des « Astres félins », l’équivalent des soleils dans Mario Sunshine, et rallumer des phares qui repousseront peu à peu Bowser. Il y a un tas de manières de récupérer ces Astres : des courses de vitesse, des petits puzzles, des caches secrètes ou encore des petites épreuves lors desquelles il faut récolter toutes les pièces bleues dans le temps imparti. La liberté est totale et le plaisir de jeu est au rendez-vous.

Le générique de fin arrive déjà après environ 5 heures de jeu et après avoir récolté un certain nombre d’« Astres Félins » que nous ne sommes pas autorisés à révéler dans ce test. Mais une fois l’ultime combat terminé, comptez quelques heures supplémentaires pour atteindre le 100 % et récupérer tous les Astres.

Notre verdict

Après « Super Mario 64 », « Super Mario Sunshine » et « Super Mario Galaxy »,c’est « Super Mario 3D World + Bowser’s Fury » qui s’invite sur Switch à l’occasion du 35e anniversaire de Super Mario. On y retrouve l’excellent « Super Mario 3D World » sorti sur Wii U en 2013. Huit ans plus tard, il n’a rien perdu de son charme et il fera passer un excellent moment aux petits comme aux grands, seul ou à plusieurs. La très bonne surprise vient de « Bowser’s Fury », un deuxième jeu qui est un vrai régal et qui rend cette compilation indispensable pour tous les fans de Mario et les possesseurs de Switch. 4,5/5

REVIEW OVERVIEW
Super Mario 3D World + Bowser’s Fury