BD: De la philosophie, de l’Histoire et beaucoup de magie

Ph. T. Wallemacq

De la philosophie avec « Le smartphone et le balayeur », de l’Histoire avec « Sur un air de faro » et enfin de la magie avec « Le Grimoire d’Elfie », il y en a pour tous les goûts parmi les sorties BD de ces dernières semaines.

Philosophie de trottoir

Bientôt 30 ans après ses débuts, l’auteur et scénariste français Emmanuel Guibert livre l’album le plus étonnant de ce début d’année. Comme le titre l’indique, à travers une petite cinquantaine de planches, on suit la rencontre entre un balayeur de rue et un smartphone. Lassé d’être touché et ne supportant plus les doigts, ce dernier a fait exprès de sauter de la poche de sa propriétaire et s’est retrouvé sur le trottoir. À travers des petits sketchs d’une page et l’étonnante histoire de ce smartphone qui parle, Emmanuel Guibert livre des réflexions presque philosophiques, souvent drôles, parfois émouvantes et toujours d’une grande justesse. Ce téléphone remarque par exemple que « plus les gens passent de temps sur les écrans, plus ils affichent des champs de pâquerettes » en fond d’écran. « Pendant que la vraie nature se casse la gueule », lui répond le balayeur. Au fil des pages, on s’attache à ce duo improbable et finalement rempli de points communs. Du grand art ! 5/5

« Le smartphone et le balayeur », de Emmanuel Guibert, éditions Les Arènes BD, 97 pages, 20 €

Une histoire portugaise

Avec « Sur un air de fado », Nicolas Barral plonge les lecteurs en 1968, à Lisbonne, alors que le dictateur Salazar règne sur le Portugal. On suit les aventures de Fernando. Militant contre le régime en place durant de sa jeunesse, ce quadragénaire est désormais médecin. Ses patients sont plutôt aisés. Il s’occupe notamment d’un agent crapuleux au siège de la police politique où des opposants sont torturés. Fernando semble être détaché par rapport à tout ce qui se passe autour de lui et profite de la vie. A-t-il oublié son passé ? Pour son premier album complet en tant qu’auteur et dessinateur, Nicolas Barral s’interroge et questionne de manière très habile sur la résistance et l’engagement lorsqu’on vit dans un pays dirigé de manière autoritaire.  À travers ce récit fictif mais très documenté, il rappelle aussi qu’il y a encore 50 ans, le Portugal était encore une dictature. 4/5

« Sur un air de fado », de Nicolas Barral, éditions Dargaud, 160 pages, 22,5 €

Un peu de magie

Oubliez la grisaille ambiante. Avec son monde enchanteur, « Le Grimoire d’Elfie » va venir mettre un peu de couleur et de magie dans votre vie. Dans cette nouvelle saga très prometteuse, Alerston et Alwett racontent l’histoire de trois sœurs orphelines. Peu de temps après le décès de leur mort, Elfie, 11 ans, Magda, 12 ans et Louette, 18 ans, s’enfuient de chez leur tante et partent à l’aventure à bord d’un bus à impériale, aménagé et transformé en librairie ambulante. Direction la petite île bretonne de Kermalo où Elfie découvre qu’elle a hérité un mystérieux don de sa mère. Très belle surprise, « Le Grimoire d’Elfie » a tout pour plaire, aussi bien aux adolescents qu’aux petits et aux grands enfants. L’histoire est captivante et rythmée. La mise en page est remplie de bonnes idées, notamment à travers de nombreuses annotations. Et que dire du dessin de Mini Ludvin à la fois subtil, mignon et pétillant ? Un premier tome magique. Vivement la suite ! 4/5

« Le Grimoire d’Elfie », de Arleston, Alwett et Mini Ludvin, éditions Drakoo, 80 pages, 15,9 €