Les transports en commun gratuits pour se faire vacciner ?

Belga / L. Dieffembacq

Alors que la campagne de vaccination se poursuit, les sociétés de transports en commun wallonne et bruxelloise entendent apporter leur pierre à l’édifice. La gratuité des trajets pour se rendre dans les centres de vaccination est actuellement à l’étude tant du côté de la STIB que du TEC.

Au cours des semaines à venir, les centres de vaccination vont se multiplier aux quatre coins du pays. À Bruxelles comme en Wallonie, la grande majorité des sites seront facilement accessibles en transports en commun. Aussi, les sociétés régionales de transports publics entendent s’inscrire en tant qu’acteurs de la campagne de vaccination via l’instauration d’un ticket gratuit pour accéder aux centres de vaccination.  

« Il est très important de faciliter l’accès à la vaccination », avait affirmé le ministre wallon des Transports, Philippe Henry (Ecolo), lors de la dernière séance plénière du parlement wallon. « La question de la gratuité est actuellement à l’examen au sein de l’OTW [l’opérateur de transport wallon], et j’y suis favorable. »

« J’espère que nous pourrons très prochainement confirmer cette possibilité qui sera donc un encouragement à la vaccination, et en même temps une manière de mettre en avant le rôle des transports en commun pour des déplacements tels que celui-ci », avait ajouté Philippe Henry.

Des modalités encore à fixer

Côté bruxellois, tant le cabinet de la ministre de la Mobilité Elke Van den Brandt que la STIB affirment « mettre tout en œuvre pour organiser cela pour les Bruxellois également ». Un projet est actuellement à l’étude, nous confirme le cabinet.

D’un côté comme de l’autre, reste encore à déterminer les modalités pratiques. « Cela ne devrait pas représenter un coût démesuré, mais il faut organiser une manière simple de gérer cet accès », avait précisé le ministre wallon. Pour avoir accès à ce ticket gratuit « vaccination » les voyageurs devront justifier leur déplacement, par exemple en montrant leur convocation reçue par SMS, mail ou courrier.

La gratuité n’est en revanche pas sur la table en Flandre. Toutefois, De Lijn étudie plusieurs pistes afin d’assurer une accessibilité maximale des centres de vaccination : des arrêts pourraient être modifiés ou des lignes déviées, nous dit-on.

Ouverture des premiers centres

Au total, une dizaine de centres ouvriront à Bruxelles dans les semaines à venir, permettant ainsi d’administrer 200.000 à 300.000 vaccins par mois.

En Wallonie, neuf centres majeurs, trente centres de proximité ainsi que des centres itinérants seront déployés.

Après le personnel soignant en février, les personnes âgées de 65 ans et plus ainsi que les personnes avec des comorbidités spécifiques seront vaccinées dès le mois de mars. Suivront ensuite les fonctions dites « essentielles », à partir du mois d’avril. La phase finale visant la vaccination des adultes en bonne santé devrait débuter avant l’été. Selon le planning de la task force vaccination, l’ensemble de la population devrait avoir au moins reçu une première injection d’ici septembre.

Lire aussi : Le ticket « Brupass » combinant Stib, Tec, De Lijn et SNCB, disponible lundi

Où se faire vacciner à Bruxelles ?

Belga / E. Lalmand

D’ici le mois de mars, Bruxelles devrait compter onze centres de vaccination actifs. Le premier centre de vaccination de la capitale ouvre ses portes ce mardi, à Pachéco, à côté de la clinique Saint-Jean. Dès la mi-février, celui du Heysel, l’un des plus grands du pays, pourra accueillir et vacciner 5.000 personnes par jour. L’ouverture du centre de Forest (Albert) et de Schaerbeek est elle-aussi prévue en février.

Cinq centres devraient être prêts en mars, lors du lancement de la phase 1B de la vaccination : à Molenbeek, Anderlecht (RSCA), Woluwe-Saint-Pierre (Joli-Bois), à l’hôpital Militaire Reine-Astrid (Neder-over-Heembeek) ainsi qu’au Parlementarium du quartier européen (Ixelles).

Selon les informations de BX1, la Région bruxelloise chercherait également à se doter de deux centres pour le sud. Un premier bâtiment aurait été identifié à Auderghem, tandis que l’on évoque le quartier de Saint-Job à Uccle

Oriane Renette.