Nouvelle nuit d’émeutes aux Pays-Bas après l’imposition d’un couvre-feu

Marco de Swart / ANP / AFP

Des émeutiers ont jeté des pierres sur les fenêtres du poste de police de la Sandelingplein de Rotterdam, lundi soir, en marge de manifestations contre le couvre-feu sanitaire imposé par les autorités pour enrayer l’épidémie de coronavirus. Ils ont également tenté de bouter le feu au bâtiment. Le bourgmestre Ahmed Aboutaleb a condamné ces actes de violence « Des voleurs sans vergogne, je ne peux pas le dire autrement », a-t-il déclaré.

Des manifestants étaient descendus dans les rues lundi soir pour protester contre les mesures sanitaires imposées par les autorités pour enrayer l’épidémie de coronavirus. Des casseurs ont commis des actes de vandalisme, pillé plusieurs magasins et canardé la police avec des pierres et des feux d’artifice. L’enquête se poursuit et d’autres interpellations ne sont pas à exclure. Les manifestants ont également pillé des magasins sur la Groene Hilledijk toute proche, a déclaré une porte-parole.

Les échauffourées ont duré toute la soirée à Rotterdam.

Marco de Swart / ANP / AFP

Le poste de police de Rotterdam vandalisé par des émeutiers

La police, qui a dû tirer un coup de semonce pour désencercler des collègues, a arrêté vingt-cinq personnes. « Un lanceur d’eau a été utilisé », a précisé M. Aboutaleb. « La police a bouclé une rue latérale, la Slaghekstraat, et j’ai dû menacer d’utiliser des gaz lacrymogènes, une mesure de grande envergure. Je trouve cela triste, car je n’ai jamais eu à faire cela de toute ma carrière de bourgmestre ». Une enquête de grande envergure sera lancée mardi, dans le cadre de laquelle la police utilisera les images des caméras pour appréhender davantage de personnes. M. Aboutaleb n’a pas encore d’estimation des dommages économiques. « Nous n’avons pas encore pu faire le point, mais c’est un triste résultat de toute façon. »

Un couvre-feu dès 21h

Les PaysBas ont entamé samedi leur premier couvre-feu depuis la Seconde Guerre mondiale. Il est interdit de sortir de chez soi entre 21H et 04H30, et ce au moins jusqu’au 9 février. Tout contrevenant encourt une amende de 95 euros. Une douzaine d’autres villes du pays ont également connu des troubles dans la nuit. Lundi soir, le chef de la police Willem Woelders déclarait à la télévision publique NOS que 151 émeutiers avaient été interpellés dans le pays.

Marco de Swart / ANP / AFP