Les vacances de Carnaval restent inchangées pour le moment

Belga / Virginie Lefour

Sauf dégradation de la situation sanitaire dans les semaines à venir, la période scolaire autour de Carnaval ne sera pas réaménagée, a annoncé jeudi la ministre francophone de l’Education, Caroline Désir (PS) à l’issue d’une réunion avec les experts sanitaires et les acteurs scolaires.

« Nous allons faire la proposition au Comité de concertation (CodeCo) de ne pas anticiper le congé de Carnaval et de maintenir donc la situation comme elle est organisée actuellement », a indiqué le porte-parole de la ministre Désir.

Jusqu’au congé de Carnaval qui commencera mi-février, l’enseignement continuera donc entièrement en présentiel pour l’enseignement fondamental (maternel et primaire) ainsi que pour le 1er degré du secondaire (1re et 2e années).

Pour les 2e, 3e et 4e degrés du secondaire, l’enseignement restera, lui, caractérisé par une hybridation faite pour moitié d’enseignement en présentiel, et l’autre moitié à distance.

Selon les experts sanitaires, la situation épidémiologique est stable actuellement en Belgique, avec des chiffres de nouvelles contaminations légèrement en baisse. Dans les écoles également, les statistiques seraient tout aussi rassurantes. Rien ne justifierait donc pas un quelconque durcissement.

Un changement « en dernier recours »

Néanmoins, au cas où une dégradation de la situation sanitaire devait survenir dans les jours ou semaines qui viennent, il pourrait alors être décidé, « en dernier recours », de passer à un enseignement 100% en distanciel dès le 2e degré du secondaire durant la semaine qui précède de Carnaval, à savoir du 8 au 12 février, précise la ministre.

Quant aux modalités sanitaires et organisationnelles qui seront appliquées dans les écoles après le congé de Carnaval, celles-ci seront déterminées ultérieurement par les acteurs et les experts. Aucune date n’a encore été fixée pour cette réunion.

Mercredi, la Flandre avait décidé de son côté d’organiser, dès le 8 février, une semaine d’enseignement à distance pour tous ses élèves du secondaire. Pour les élèves du fondamental flamand, pas de changement cependant. Celui-ci restera pleinement en présentiel.

Néanmoins, la Flandre suggère que les élèves de 5e et 6e primaires, de même que leurs enseignants, soient obligés de porter un masque de protection en classe pendant une période de 14 jours si l’on y relève un cas positif ou une mise en quarantaine.

Un nombre de cas qui augmente, selon l’ONE

La semaine du 11 au 17 janvier, 442 cas de coronavirus dans les écoles de la Fédération Wallonie-Bruxelles ont été signalés aux équipes de promotion de la santé, rapporte jeudi l’Office de la naissance et de l’enfance (ONE). Soit près du double du total recensé la semaine précédente (235). Avant les vacances de fin d’année, le total avait atteint 782 infections en sept jours.

Sur les 442 cas relevés en cette deuxième semaine après la rentrée, 10 concernaient des élèves de maternelle, 104 du primaire et 200 du secondaire. Mille nouvelles mises en quarantaines d’élèves et 66 de membres du personnel ont aussi été enregistrées.

Les incidences calculées sur les 14 derniers jours restent cependant inférieures à celles au sein de la population générale belge.