Test de Hitman 3 : Une ultime lettre d’amour à l’agent 47

Première grosse sortie de l’année, Hitman 3 débarque ce 20 janvier sur la plupart des plateformes dont les nouvelles PS5 et Xbox Series X. Voici notre test.

Un peu de contexte

Quel parcours ! Vingt ans après la sortie du premier épisode, Hitman est devenu un personnage emblématique du jeu vidéo. Avec son crâne rasé, son code barre tatoué derrière la tête, son costard noir, sa chemise blanche et sa cravate rouge, il ne fait aucun doute que, niveau look, l’agent 47 est reconnaissable entre tous. Un comble pour un tueur à gages ! Vingt ans plus tard, certaines de ses méthodes d’assassinat restent toujours sa marque de fabrique. On pense à son pistolet avec silencieux bien sûr, mais aussi sa cultissime corde à piano ou encore son flacon de mort-aux-rats qui, discrètement renversé dans un verre, enverra la victime aux toilettes où l’agent 47 n’aura plus qu’à la noyer dans les cuvettes. Depuis 20 ans, Hitman dispose de cette faculté, dont peu de jeux peuvent se targuer, à créer des souvenirs mémorables auprès des joueurs.

En 2016,  Square Enix décida de donner un nouveau souffle à la licence. Toujours développées par les équipes de IO Interactive, les aventures de l’agent 47 sont revenues sous un angle un peu différent. Le premier opus, Hitman, se distinguait par son format épisodique. Deux ans plus tard, Hitman 2 revenait à un format plus classique et était cette fois édité par Warner Bros. Enfin, ce 20 janvier 2021, Hitman 3 vient clôturer cette trilogie et signera peut-être le dernier voyage de l’agent 47.

Six nouvelles destinations à découvrir

Tout d’abord, Hitman 3 ne fait pas vraiment dans l’originalité. Square Enix et IO Interactive ont décidé de ne pas changer la formule gagnante des deux précédents épisodes. Le tueur à gages est envoyé dans six nouvelles destinations qui se présentent toutes comme un énorme terrain de jeu pour un assassin, rempli de possibilités. Le principe est simple : vous avez une liste d’une ou de plusieurs cibles à abattre pour terminer la mission. Pour le reste, vous avez la plus grande liberté pour atteindre votre objectif. En explorant les lieux, vous découvrez des indices, vous décelez des opportunités et vous entendez des conversations entre des personnages. Tous ces éléments vous donneront une multitude de manière de terminer votre mission, de préférence sans tuer d’innocents et en restant le plus discret possible. Pour assassiner une cible, vous pouvez par exemple créer un accident fragilisant une rambarde ou un perçant une fontaine à eau à proximité d’un fil électrique que vous avez dénudé. Ce n’est qu’un petit aperçu des centaines de manière d’atteindre son objectif.

Hitman 3 emmène les joueurs dans six destinations : une immense tour à Dubaï, un manoir en Grande-Bretagne, un entrepôt désaffecté à Berlin, une ville futuriste en Chine, un domaine viticole argentin et enfin dans les Carpates. Cela peut sembler un peu léger. Il faut compter environ 1h pour terminer une première fois une mission. Mais en faisant cela, vous ne découvrez qu’environ 10 à 15 % des intrigues et des choses à faire dans cette destination. Comme les épisodes précédents, Hitman 3 mise donc sur la rejouabilité. Elle est énorme et ça marche parfaitement. Après avoir terminé une mission, cela reste un véritable plaisir de la recommencer en adaptant d’autres stratégies.

Une claque graphique sur PS5 et Series X ? Pas vraiment !

Sorti deux mois après le lancement des Xbox Series X et PS5, Hitman 3 est bien sûr disponible sur ces deux plateformes. Il est également disponible sur PS4, Xbox One, PC, Stadia et même sur Nintendo Switch via une Cloud Version. Nous y avons joué sur Xbox Series X. Le jeu est joli et détaillé mais sans vraiment offrir une claque new-gen. C’est surtout le SSD qui est appréciable en réduisant quasiment à néant les temps de chargement. Par contre, on ne peut pas dire que Hitman 3 soit optimisé pour la fonctionnalité Quick Resume de la Series X qui consiste à figer le jeu pour reprendre plus tard la partie là où on était arrivé. En effet, par défaut, le jeu est constamment connecté à Internet. C’est d’ailleurs le seul moyen de sauvegarder les éléments que vous débloquerez lors d’une mission. En relançant le jeu via le Quick Resume, Hitman 3 tentera donc de se reconnecter à Internet, sans succès, et au final, il vous faudra quand même revenir au menu principal, voir relancer le jeu. Mais ne boudons pas notre plaisir, à part ça, Hitman 3 est un véritable régal et les six missions proposent des environnements variés et intéressants.

Après l’agent 47, place à 007

Cet épisode d’Hitman sera probablement le dernier avant un petit bout de temps. En effet, les équipes d’IO Interactive travaillent désormais sur un nouveau projet, Project 007, et une nouvelle licence : James Bond. Durant notre session, nous n’avons cessé d’imager l’agent 007 avec les mêmes mécaniques qu’Hitman et force est de constater que l’idée est emballante. Alors que l’agent 47 va partir à la retraite, c’est l’agent 007 qui devrait prendre la relève. Rendez-vous dans quelques années pour voir le résultat.

Notre verdict

Dans la lignée des deux épisodes précédents, Hitman 3 est un jeu d’une grande richesse où la liberté est reine. IO Interactive ne change pas une recette qui gagne et Hitman 3 est plutôt avare en nouveautés. Néanmoins, il perfectionne un peu plus un modèle qui a déjà fait ses preuves et ce troisième opus vient clôturer en beauté la trilogie entamée 2016. Au final, Hitman 3 est une véritable lettre d’amour à l’agent 47 et un jeu doté d’une liberté d’action inouïe. 4/5

Découvrez le trailer de lancement :

REVIEW OVERVIEW
Hitman 3