« On nous a dit de nous taire »: un documentaire diffuse des témoignages inédits de médecins chinois

AFP Photo

Un nouveau documentaire britannique diffusé ce 19 janvier rapporte que « la pandémie aurait pu être évitée » si la Chine avait agi plus tôt.

Ce 19 janvier, les Britanniques ont eu l’occasion de regarder « Outbreak: The Virus That Shook The World », un documentaire sur la pandémie de coronavirus. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que le documentaire a eu l’effet d’une petite bombe. Des médecins chinois y révèlent notamment qu’ils ont très vite compris le danger que représentait le coronavirus, mais qu’on leur a demandé de se taire.

« Nous savions que le virus se transmettait d’humains à humains. Mais nous avons assisté à une réunion de l’hôpital et on nous a dit de nous taire. Les autorités provinciales ont demandé aux hôpitaux de ne pas dire la vérité », explique un médecin filmé en caméra cachée, dans des propos retranscrits par la chaîne ITV qui diffuse le reportage.

Toujours selon le documentaire, les autorités chinoises auraient retardé l’annonce de l’épidémie pour que la majorité de la population puisse fêter le Nouvel An chinois. Et ce alors qu’elles étaient conscientes que les festivités, qui impliquent de nombreux voyages, risquaient d’aggraver la situation sanitaire.

« La pandémie aurait pu être évitée »

« La gestion du début de la pandémie a été catastrophique, c’était un échec », confirme le docteur Yi-Chun Lo, infectiologue et directeur général adjoint du Centre taïwanais de contrôle des maladies. « Je pense que la pandémie aurait pu être évitée si la Chine avait été transparente et avait directement partagé ses informations avec le reste du monde ».

Depuis le début de la pandémie, la Chine n’a officiellement recensé que 88.454 cas, pour 4.635 décès. Une étude parue fin décembre a cependant révélé que le nombre de personnes contaminées par le nouveau coronavirus à Wuhan, berceau de la pandémie, serait dix fois supérieur au bilan annoncé jusqu’ici par Pékin.