Une entreprise veut imposer un collier anti-covid à ses salariés

AFP / Ben Stansall

En France, l’entreprise Essity voudrait imposer à tous ses salariés le port d’un boîtier autour du cou qui sonnerait en cas de contact trop rapproché, selon Le Dépêche.fr. Le Syndicat CFDT est totalement contre cette idée. 

« C’est un système comparable à celui qui dissuade les chiens d’aboyer », a expliqué au journal français le syndicat. Ce badge porté autour du cou peut émettre un son de près de 85 décibels dès que la distanciation sociale de deux mètres n’est pas respectée.

Le géant suédois, qui fabrique des produits d’hygiène tels Lotus ou Nana, aimerait imposer cette idée sur tous les sites que le groupe possède en France mais aussi en Europe.

Mais pour Christine Duguet, déléguée syndicale centrale CFDT d’Essity, « vous imaginez le vacarme que ça va faire? 85 décibels, c’est énorme. 85 décibels correspondent au volume sonore minimum d’une alarme ou d’une sirène. »

Selon la direction de l’entreprise, ce système vise surtout « à limiter le plus possible tout risque de transmission du virus. Les porteurs du boîtier seraient alertés en cas de proximité physique trop importante permettant ainsi une plus grande vigilance quant au respect des distanciations physiques ».

Elle précise toutefois qu’il ne sonnera pas dans les toilettes, à l’infirmerie ou à la cantine, même si les données seront toutefois enregistrées. Ce boîtier pourrait être imposé d’ici la fin du mois de janvier. Mais « des collègues me disent qu’ils vont perdre le boîtier, le jeter à la poubelle ou le laisser au vestiaire. Ils n’en veulent pas », a ajouté Christine Duguet.