Des caméras détectent les conducteurs qui utilisent leur GSM à Anvers

AFP

Des caméras intelligentes placées par Vias sur le ring d’Anvers sont parvenues à détecter avec succès les automobilistes qui utilisent leur GSM au volant, annonce l’Institut belge pour la sécurité routière. Celles-ci pourraient servir à sanctionner les 4% de conducteurs en faute si la législation est adaptée, comme le demande Vias.

Grâce à l’intelligence artificielle, le système des caméras reconnaît automatiquement et précisément lorsqu’un conducteur manipule son GSM. En cas d’erreur, le système se corrige d’ailleurs lui-même, explique Benoit Godart, porte-parole de Vias. Un policier pourrait analyser les images sélectionnées par le logiciel et juger si le conducteur commet une infraction. C’est toujours à lui que revient la décision finale, insiste l’organisme.

Sur les 4% d’automobilistes en faute détectés, la plupart envoyait des messages avec son GSM et 10% étaient encore au téléphone. Le cas extrême d’un homme, tenant son labrador sur les genoux d’une main et son GSM dans l’autre a notamment été détecté, s’est étonné Vias.

D’autres utilisations possibles

Toutefois, la législation belge devrait être adaptée, suggère l’institut qui estime l’article 8.4. du code de la route «trop restrictif», celui-ci ne mentionnant que l’usage du GSM et non les autres appareils électroniques qui peuvent également être objets de distraction. Par ailleurs, l’arrêté royal du 18 décembre 2002 devrait également être revu. La police n’est en effet pas autorisée à recourir à un tel système car il n’est pas formellement indiqué dans la loi que la constatation de l’usage du GSM peut se faire par le biais d’une caméra.

Le système est déjà utilisé aux Pays-Bas et en Australie. Il pourrait également détecter l’absence du port de la ceinture, principalement remarquée dans le chef des camionneurs, souligne Vias.