Quel est le rôle des enfants dans l’évolution de l’épidémie en Belgique?

Belga / B. Doppagne

Bien que la réouverture des écoles ait eu un impact sur les chiffres relatifs à la pandémie de coronavirus, les enfants ne sont pas considérés comme le vecteur principal de l’épidémie, a indiqué mercredi le porte-parole interfédéral Covid-19, Yves Van Laethem, lors du point presse du Centre de crise et de l’Institut de santé publique Sciensano sur l’évolution de l’épidémie.

Avec la réouverture des établissements scolaires, une partie significative de la population qui demeurait à domicile est retournée sur le chemin de l’école. La mobilité et les contacts ayant augmenté, il est normal que cela ait eu un impact sur le nombre de contaminations, a expliqué Yves Van Laethem.

«Nous savons que les enfants peuvent être contaminés et transmettre la pathologie, mais ils sont rarement sévèrement malades», a ajouté l’infectiologue. «Ils peuvent avoir un certain nombre de contacts, ce qui peut jouer un rôle dans la transmission du virus. Pourtant, ils constitue moins des sources de contamination que les adultes, comme l’ont démontré plusieurs études internationales».

Maintenir les mesures

La revue scientifique The Lancet a notamment publié une étude réalisée en Angleterre durant la fin de la première vague. Celle-ci permet d’affirmer que le virus se transmet plus facilement entre adultes ou d’un adulte à un enfant plutôt que l’inverse, même si ce dernier cas n’est pas impossible.

Il est important que les mesures de précaution soient maintenues dans les écoles, a pour finir insisté Yves Van Laethem. Et d’ajouter que les contacts entre les enfants et les personnes âgées devaient encore être évités.