L’affaire DSK sur Netflix : les prémisses de #MeToo

Ph. Netflix

Netflix dévoile aujourd’hui son documentaire « Chambre 2806 : L’affaire DSK ». La mini-série, riche en intervenants, revient sur ce fait divers qui a défrayé la chronique et sur ses conséquences.

Durant trois bonnes heures, le documentaire se penche sur les événements du 14 mai 2011 au Sofitel de New York, jour où Nafissatou Diallo affirme avoir été agressée sexuellement par Dominique Strauss-Kahn. La mini-série revient aussi sur la relation de DSK avec une subordonnée en 2008, sur la plainte de la journaliste Tristane Banon ou encore sur l’affaire du Carlton de Lille.

On commence d’abord par l’ascension de DSK au pouvoir pour ensuite assister à sa descente aux enfers. Composée de quatre épisodes, la mini-série, créée par Jalil Lespert (« Versailles », « Yves Saint Laurent »), donne la parole à Nafissatou Diallo et Tristane Banon, mais aussi aux avocats de DSK, à l’ancien chef adjoint de la police de New York, à l’enquêteur au bureau du procureur de l’époque ou encore à des politiciens comme Jack Lang et Elisabeth Guigou.

Un #MeToo avant l’heure

Ph. Netflix

La série retrace, sans aucune dramatisation, la chute de l’ancien directeur du FMI. Ce que Jalil Lespert semble vouloir montrer, c’est que l’affaire DSK, avant celle d’Harvey Weinstein, avait déjà fait bouger les lignes. Au moment des faits, de nombreuses femmes sont descendues dans la rue pour manifester devant les tribunaux et prendre la parole. Si l’affaire s’était déroulée aujourd’hui, dans une ère post #MeToo, elle ne se terminerait peut-être pas de la même manière.

La série ne cherche pas à savoir si DSK était coupable ou innocent mais met en lumière ce que révèle cette affaire. Elle a eu des conséquences politiques mais a aussi entrainé une libération de la parole des femmes. Elle questionne en outre les agissements de la police américaine, son système judiciaire ainsi que le rôle des médias dans ce type de fait divers.

DSK n’a pas voulu participer à la mini-série de Jalil Lespert. Mais l’ex-homme politique a annoncé qu’il avait donné sa version des faits dans un autre documentaire, qui doit sortir à l’automne 2021.