La Covid-19 reporte ses rendez-vous médicaux, on lui annonce sur Zoom qu’elle n’a plus que quelques mois à vivre

Ph. Facebook

A cause de la pandémie, Kimberley Eccles, une aide-soignante à domicile de 23 ans, a vu plusieurs de ses rendez-vous médicaux à l’hôpital être reportés, elle qui souffrait de la joue gauche depuis plusieurs semaines. Les médecins ont fini par lui annoncer sur Zoom qu’elle n’avait plus que six mois à vivre, à cause d’un cancer particulièrement agressif. 

En juin dernier, Kimberley Eccles remarque une petite excroissance au niveau de sa joue gauche, et pense tout de suite à une aphte. Mais celle-ci grandit et inquiète la jeune femme infirmière, qui finit par s’inscrire pour une consultation. Toutefois, son rendez-vous coïncide avec le début du confinement en mars dernier et celui-ci est reporté à trois reprises.

C’est en août de cette année, que la maman de 23 ans est hospitalisée après s’être effondrée lors de son travail d’aide-soignante à domicile. Il s’avère qu’elle souffre en fait d’un rhabdomyosarcome, soit une tumeur maligne développée à partir du tissu musculaire strié squelettique.

Une nouvelle dure à avaler

Ce terrible diagnostic, Kimberley l’a appris alors qu’elle était chez elle. Les médecins lui ont annoncé par visioconférence qu’elle n’avait que 1% de chance de survivre:  » J’essaie d’être courageuse pour ne pas bouleverser Maya, mais je ne peux pas supporter l’idée de la quitter et de ne jamais la voir grandir. Ma fille était à la maison quand j’ai pris l’appel vidéo et elle était tellement choquée que je ne savais pas quoi dire. »

 » Je ne peux pas m’empêcher de penser à quel point la situation aurait pu être différente s’il n’y avait pas eu de pandémie et si mon cancer avait été diagnostiqué plus tôt. Il doit y avoir beaucoup d’autres malades du cancer dans la même situation que moi maintenant », déplore la jeune femme.

Des traitements de derniers recours

Les traitements de chimiothérapie n’ont pas suffi à empêcher le cancer de se propager et les docteurs ont conseillé à Kimberley de profiter un maximum de sa fille et de son compagnon tant qu’elle le pouvait encore. Elle subira lundi une opération de la dernière chance, durant laquelle on lui retirera sa joue et sa mâchoire gauches, pour les reconstruire en utilisant du tissu osseux de sa jambe.

Ensuite, Kimberley s’envolera pour les Etats-Unis où elle tentera d’autres traitements qui ne sont pas disponibles au Royaume-Uni. Une collecte GoFundMe a été créée pour l’aider à payer les frais liés à ces derniers espoirs. « Les médecins qui m’évaluent n’ont jamais eu affaire à un patient comme moi. Le fait de savoir qu’il y a des gens qui peuvent m’aider et que la seule chose à faire, c’est l’argent, me rend malade », conclut la maman.