Pour cet expert français, pas question de « manger avec papi et mamie à Noël »

AFP / J. Saget

Interrogé par France Info, Rémi Salomon, président de la commission médicale d’établissement de l’AP-HP (assistance publique – hôpitaux de Paris), a donné son avis sur le déroulement des fêtes de fin d’année.

Ce soir à 20h, Emmanuel Macron s’adressera aux Français pour édicter les règles d’un confinement allégé. Parmi les règles attendues, la réouverture des commerces non-essentiels. « La charge de travail dans les hôpitaux est encore considérable. Donc si on relâche trop vite, le virus va recirculer plus vite. Ce serait prendre un risque énorme d’avoir une troisième vague qui arrive très vite », a cependant prévenu le professeur Rémi Salomon dans une interview pour France Info.

Selon lui, ces mesures devraient permettre une bouffée d’air à l’approche des fêtes de Noël. Pas question cependant de les célébrer comme les années précédentes. « C’est un virus qui est dangereux. Il ne faut pas manger avec papi et mamie, même à Noël, même si on a pris des précautions avant », a précisé le professeur.

Il affirme qu’on « peut aller chez papi et mamie à Noël » en « coupant la bûche de Noël en deux ». « Papi et mamie mangent dans la cuisine et nous, on mange dans la salle à manger. Si je transmets le virus à papi et mamie, c’est pire que tout. Comment je vais vivre avec cela après? », se demande-t-il. Avant de rappeler que « même si on en a marre et qu’on a envie de l’oublier », le virus « reste dangereux, surtout pour les personnes âgées ».