Anthony Daniels, toujours fidèle : «C’est mon devoir de rester avec C3PO»

AFP / Getty Images / J. McCarthy

Anthony Daniels est le seul comédien de l’univers ‘Star Wars’ à avoir joué dans les neuf épisodes de la saga. Toujours partant quand il s’agit d’incarner le droïde C3PO, on le retrouve sur Disney+ dans le nouveau dessin animé ‘LEGO Star Wars Joyeuses Fêtes’. Rencontre avec une légende!

C’est le deuxième film ‘Star Wars’ dédié aux fêtes de fin d’années, après celui de 1978, considéré comme un pur OVNI par les fans…

Anthony Daniels : « Oui mais cette fois-ci, il y a des Legos (rires) ! C’est vrai que quand les producteurs sont venus m’en parler, j’ai d’abord ri aux éclats ! Je n’en revenais pas que quelqu’un à Hollywood pense à rouvrir ce chapitre-là. Le premier avait vraiment surpris les gens par son aspect surréaliste. Mais celui-ci déborde de charme. Je suis très friand de cette exploration des liens entre ‘Star Wars’ et d’autres univers. C3PO a vu un paquet de choses à travers les années, il est même passé dans le ‘Muppet Show’ ! J’espère que ça va continuer encore longtemps… »

Vous êtes là depuis le début. Vous sentez-vous responsable du respect de la vision de George Lucas ?

« Je continue parce que j’aime être employé (rires). Mais oui, je sens que c’est mon devoir de rester avec C3PO. L’aventure évolue maintenant, et c’est tant mieux. Mais les producteurs s’éloignent parfois malgré eux du noyau dont est sorti le premier film. Et peu importe qu’il s’agisse d’un film ou d’un jeu vidéo, il y a un esprit à préserver. Je ne suis pas obsédé par cela, mais je suis capable de dire si C3PO ferait quelque chose d’écrit dans le scénario ou pas. Et les scénaristes raisonnables, malins et intelligents ont tendance à m’écouter (rires). »

C3PO est connu pour son caractère irritable. Vous aussi ?

« Si vous demandez à femme, elle niera en bloc (rires) ! Mais oui, il m’arrive d’être grincheux. Je suis très touché par le caractère loyal de C3PO par contre, même quand il en fait profiter des membres du côté obscur. Et je pense être moins maniaque que C3PO. Je suis assez désordonné et ça surprend souvent les gens. »

 

Lego Star Wars (Disney+), l’humour avant tout

DR

Les programmes spéciaux pour les fêtes de fin d’année sont une tradition plutôt américaine. Prenez des personnages adorés par le public, enfilez-leur un pull de Noël, faites-les interagir autour d’une dinde, et le tour est joué. Clairement destiné aux enfants, ce dessin animé voit l’héroïne Rey traverser le temps (et les épisodes de la saga) pour trouver de l’inspiration auprès d’anciens Jedi. Tout va très vite, Bébé Yoda fait une apparition, et l’histoire n’a aucun sens. Mais avec les films Lego, c’est l’humour qui compte. Comme lorsque la figurine de Kylo Ren fait enfin son apparition, torse nu, et que tous les autres personnages lui font remarquer. Un clin d’œil qui devrait faire frissonner les célèbres pectoraux d’Adam Driver, et sourire les fans déçus par la dernière trilogie.