Comment différencier le coronavirus d’une simple grippe ?

Ph. Pexels

Le nez qui coule, une petite toux… Auparavant synonymes de la grippe saisonnière, ces symptômes riment désormais avec coronavirus. Comment donc différencier ces deux virus qui présentent beaucoup de similarités et qui vont encore cohabiter pendant plusieurs mois ?   

Des similitudes…

C’est probablement le point principal qui rend les deux virus si difficiles à différencier : les symptômes communs. Fièvre, toux, écoulement nasal, difficultés respiratoires, douleurs musculaires… Si vous cochez la liste de tous ces symptômes, vous pouvez très bien avoir attrapé le coronavirus ou la grippe. « La symptomatologie est très variée : tandis que certains sujets sont asymptomatiques ou ont des symptômes bénins, d’autres présentent des manifestations graves voire décèdent », explique l’OMS. Seule différence majeure : la perte du goût et de l’odorat dans certains cas Covid. D’après une étude publiée au printemps dans le « Journal of internal medecine » réalisée sur plus de 1.400 patients, 70 % des malades du coronavirus perdent l’odorat et 54 % le goût. Depuis, la perte de ces deux sens fait officiellement partie des symptômes du coronavirus.

Autre point commun entre les deux virus : le mode de transmission. « Un patient infecté va contaminer son environnement immédiat par la toux et les éternuements en émettant des petites gouttelettes contenant le virus. Les mains souillées avec du virus sont aussi un vecteur de transmission », détaille Jean Ruelle, professeur de virologie et chercheur au pôle de microbiologie médical de l’institut de recherche expérimentale de l’UCLouvain.

Toujours pour les similitudes, ce sont les personnes les plus vulnérables chez qui la mortalité est la plus recensée. C’est notamment le cas des personnes âgées ou des patients porteurs d’une pathologie chronique.

… Et des différences

Évidemment, les deux virus ont également leurs caractéristiques propres. Ils se distinguent d’ailleurs de par leur famille virale, le SARS-CoV-2 faisant partie de la famille du coronavirus, alors que le virus Influenza, à la base de la grippe, fait partie de la famille des Orthomyxoviridae. Si on a vu que la symptomatologie entre les deux virus est similaire, la proportion de cas graves n’est pas la même.

« Pour la Covid-19, les données disponibles à ce jour semblent indiquer que 80 % des infections sont bénignes ou asymptomatiques, 15 % sont graves et nécessitent une oxygénothérapie, tandis que 5 % sont critiques et exigent une assistance respiratoire. La proportion de cas sévères et critiques serait plus élevée que ce que l’on observe pour la grippe », analyse d’ailleurs l’OMS.

Le taux de reproduction, c’est-à-dire le nombre d’infections provoquées par une personne infectée, est aussi 2 fois à 2,5 fois plus élevé pour la Covid-19 que pour la grippe. L’OMS avertit cependant que ce taux dépend beaucoup « du contexte et des paramètres temporels », ce qui rend les comparaisons assez difficiles.

Enfin, il n’existe malheureusement pas encore de traitement miracle contre le coronavirus. Hydroxychloroquine, lopinavir/ritonavir, interferon, remdesivir… Il a été prouvé que tous ces traitements étaient inefficaces. Alors qu’il « existe des antiviraux dirigés contre le virus de la grippe dont l’utilisation préventive peut se faire en cas d’épidémies importantes », explique Jean Ruelle sur le site de l’UCLouvain.

Quid du vaccin ?

Pour le moment, plusieurs vaccins contre le coronavirus sont dans leur phase de test la plus avancée. Et si la Belgique espère avoir son vaccin au printemps prochain, il se pose encore la question de son efficacité et de sa durée dans le temps. Pour la grippe, la Belgique conseille chaque année aux personnes âgées et aux personnes à risque de se faire vacciner. Et il semble que le message ait particulièrement bien été entendu en 2020. Début octobre, la demande très forte en pharmacie entraînait déjà des ruptures de stock.

Pour rappel, depuis le 5 octobre, toutes les personnes âgées de 50 ans et plus peuvent se faire délivrer le vaccin contre la grippe en pharmacie sans prescription médicale.

 

La Covid-19 plus mortelle que la grippe 

D’après des chiffres du CHU UCL Namur, environ 1.000-1.500 personnes perdent la vie à cause de la grippe en Belgique chaque année. On est donc bien loin du coronavirus, qui a tué environ 11.000 personnes dans notre pays depuis le début la pandémie.

Au niveau mondial, la tendance est similaire. D’après l’OMS, de 290.000 à 650.000 personnes meurent chaque année de la grippe alors qu’environ 1,2 million de personnes est mort à cause de la Covid-19.

Les nouvelles mesures contre le coronavirus, comme le respect des distanciations sociales et le port du masque, pourraient cependant avoir un effet positif sur le nombre de décès liés à la grippe. C’est en tout cas ce qu’avançait il y a peu l’Association Pharmaceutique Belge (APB), sur base des résultats d’études internationales. Il ressort de ces recherches que l’épidémie de grippe dans des pays comme l’Argentine et l’Australie, où la saison de la grippe survient chaque année entre juin et août, atteignait un pic bien moins important en 2020 que les cinq années précédentes.