L’immunité contre le coronavirus pourrait durer au moins six mois

AFP / Juan Mabromata

D’après une nouvelle étude de la Jolla Institute for Immunology de l’Université de Californie, l’immunité contre le coronavirus, après avoir contacté la maladie, pourrait être plus longue que prévue. 

Des chercheurs de l’université de San Diego ont en effet étudié des échantillons sanguins de 185 anciens malades âgés de 19 à 81 ans. D’après leurs conclusions, leur organisme avait toujours une bonne immunité près de six mois après avoir contracté la maladie.

« Des patients qui ont été infectés il y a plus de six mois ont une réponse immunitaire solide », a expliqué sur France Inter le Pr Arnaud Fontanet, épidémiologiste à l’Institut Pasteur. « Cette réponse ne porte pas simplement sur les anticorps, ce qu’on connaissait, mais également sur les cellules B-mémoire qui sécrètent ces anticorps, et sur d’autres cellules, les cellules T, qui tuent les cellules infectées et qui étaient présentes en nombre conséquent chez ces patients. »

Des résultats qui sont une bonne nouvelle alors qu’un vaccin est en vue. « Tout cela est plutôt rassurant », ajouté le professeur sur France Inter. Surtout « à une époque où on réfléchit à des vaccins pour lesquels on s’interroge sur la réponse immunitaire qu’ils pourraient susciter, si l’infection naturelle permet d’être protégé si longtemps, on peut espérer que les vaccins auront aussi une efficacité du même ordre. »

Quelques cas de réinfection ont toutefois été signalé. Mais ils seraient pour le moment très minoritaires.