Elle reçoit trois sachets remplis d’urine avec sa commande de nourriture

Ph. Unsplash

Une mère de famille britannique a vécu une expérience pour le moins traumatisante et dégoûtante lors de sa derrière commande de nourriture en ligne.

Michelle Leonard se souviendra longtemps de sa commande en ligne auprès de l’enseigne Ocado. Vendredi dernier, à l’occasion de son anniversaire, cette mère de famille originaire du nord de Londres a commandé de la nourriture et des boissons sur le site de l’enseigne.

« Cela nous a tous rendus malades »

Mais la surprise et le dégoût ont été au rendez-vous lorsqu’elle a reçu sa livraison. En effet, sa commande est arrivée accompagnée de trois petits sachets remplis d’urine. Michelle s’est dite « absolument dégoûtée ». « C’est vraiment une chose horrible qui est arrivée. Ces sachets étaient vraiment très proches de la nourriture. Je n’arrivais pas à y croire. C’était plus scandaleux que tout autre chose. C’est vraiment dérangeant. Cela nous a tous rendus malades », a déclaré la quadragénaire au Sun.

 

Une enquête ouverte

L’enseigne Ocado s’est excusée. Un livreur a été envoyé pour récupérer les sachets d’urine. Michelle a quant à elle été remboursée et Oscado lui a renvoyé une autre commande. « Nous tenons à nous excuser sincèrement auprès de cette cliente. Cette situation est inacceptable et nous sommes en train de l’examiner de toute urgence », a déclaré un porte-parole de l’enseigne à Metro UK.

La triste réalité derrière ces sachets

S’il n’y a pas encore eu de déclaration officielle sur la provenance de ces sachets d’urine, il est toutefois très probable qu’il s’agisse de sacs utilisés par un livreur pour se soulager. L’an dernier,  un client Amazon avait surpris un livreur en train de déféquer dans son jardin. Aussi dégoûtants soient-ils, ces faits mettent en lumière une triste réalité et les conditions infernales dans lesquelles certains livreurs doivent travailler.

L’an dernier, , l’Union belge du Transport (UBT) tirait la sonnette d’alarme : «Les chauffeurs n’ont souvent pas le temps nécessaire pour accomplir leurs trajets. Résultat des courses: leur temps de pause part en fumée. Donc pas de pause-pipi. Et s’ils ont quand même le temps, ils sont contraints de faire leurs besoins dans des ’toilettes de fortune’ voire dans la nature.»