Call of Duty Back Ops Cold War : Que vaut la campagne solo du jeu ?

C’est un rituel. Chaque automne, Activision sort son nouveau Call of Duty. Cette année, la campagne solo plonge les joueurs dans l’univers de la guerre froide. Est-ce que ça vaut la peine de l’acheter pour y jouer seul ? On vous dit tout !

Call of Duty: Black Ops Cold War est sorti ce 13 novembre sur PS4, Xbox One, PC mais aussi sur PS5 et Xbox Series X. Cette année, ce sont les studios Treyarch et Raven Software qui ont travaillé sur ce nouvel opus de la saga. Si beaucoup de joueurs achètent Call of Duty pour y jouer en ligne, d’autres ne jurent que par le solo (si, si ça existe aussi !). Manette en mains, sur la nouvelle Xbox Series X, nous avons pris part à la campagne de Call of Duty: Black Ops Cold War. Est-ce qu’elle vaut la peine de dépenser 64,95 € (et même 74,95 € sur PS5 et Xbox Series X) si on ne joue pas aux différents modes multijoueurs ? Voici nos impressions !

 

La promesse

Black Ops Cold War plongera les fans au cœur de la guerre froide, dans les profondeurs de la bataille géopolitique volatile au début des années 1980. Les apparences sont vraiment trompeuses dans la campagne solo captivante, où les joueurs devront se confronter à des personnages historiques et à la dure vérité, tout en combattant dans le monde entier sur des théâtres emblématiques comme Berlin-Est, le Vietnam, la Turquie, le siège du KGB soviétique et plus encore. Agents d’élite, vous suivrez la trace d’un personnage sombre nommé Persée, qui a pour mission de déstabiliser l’équilibre mondial des pouvoirs et changer le cours de l’Histoire. Plongez au cœur sombre de ce complot mondial aux côtés des personnages emblématiques Woods, Mason et Hudson et d’un nouveau groupe d’agents tentant d’arrêter un complot en devenir.

Dépaysement garanti et réussi !

Black Ops Cold War plonge les joueurs dans l’ambiance de la guerre froide, de l’espionnage, des écoutes et des filatures. On retrouve cette ambiance dans le scénario bien sûr, mais aussi à travers les musiques, les décors, les personnages, ainsi via des images d’archives diffusées dans les cinématiques. Au cours de l’aventure, on croisera également la route de personnages historiques comme le président américain Ronald Reagan et le dirigeant de l’URSS Mikhaïl Gorbatchev. Dépaysement garanti et réussi !

La campagne solo vous fera voyager puisqu’elle vous emmènera aux quatre coins du monde : Amsterdam, Berlin, la Turquie, l’Ukraine, Cuba et bien sûr, la Russie. Ce nouveau Call of Duty emmène également les joueurs dans la guerre du Vietnam, rappelant ainsi des bons souvenirs pour les gamers et des titres comme Battlefield Vietnam, Vietcong ou encore Shellshock.

Choisissez votre profil psychologique !

La création de votre personnage se fait de manière plutôt originale : en remplissant une fiche d’agent secret de la CIA. Vous pouvez notamment choisir votre origine militaire (CIA, MI6, ancien du KGB ou confidentiel), votre sexe (homme, femme ou non binaire), mais aussi et surtout votre profil psychologique. Vous pouvez ainsi sélectionner jusqu’à deux caractéristiques parmi une liste de 15. Paranoïaque, loup solitaire, intrépide, survivaliste, méthodique ou encore personnage avec des tendances violentes, c’est à vous de choisir (ou pas d’ailleurs, si vous préférez que cela reste confidentiel). Ce choix aura un impact sur votre partie car chaque trait apporte un bonus (augmentation de la vitesse de visée, des dégâts, etc.).

Malgré cette personnalisation, on regrettera de ne jamais voir à l’écran son personnage ou même de l’entendre parler. En effet, il faut parfois effectuer des choix dans des dialogues mais on n’entend la réponse de son perso, ce qui a tendance à gâcher un peu l’immersion.

Du côté du jeu, Black Ops Cold War s’inscrit dans la plus pure tradition des Call of Duty avec du grand spectacle et certaines scènes d’action qui ne font pas dans la dentelle. C’est pour ça qu’on l’aime (ou qu’on le déteste) ! Certaines missions sont mémorables : nous avons particulièrement apprécié nous retrouver aux commandes d’un hélicoptère au Vietnam ou au cœur d’un bunker du KGB. Le contexte particulier de ce titre demande parfois de se montrer un peu plus discret. Certaines phases mettent en avant la discrétion et une mission géniale demande de jouer à la manière d’un « Hitman » avec plusieurs approches possibles. Enfin, c’est anecdotique mais toujours sympa : des anciennes bornes d’arcade Activision sont « cachées » dans les niveaux et permettent de jouer à des petits jeux de l’époque.

 

Une campagne malheureusement trop courte !

Le rythme de la campagne est soutenu, sans temps morts, et les missions sont variées. On passe du bon temps mais le générique de fin arrive beaucoup trop rapidement. Comptez environ six heures de jeu pour arriver à la fin. C’est court. Même en débloquant les plusieurs fins du jeu (ce qui est au passage une excellente idée) et en faisant les deux missions secondaires, la durée de vie de cette campagne solo reste assez pauvre.

Enfin, Black Ops Cold War est le premier Call of Duty est le premier à débarquer sur la nouvelle génération de console de salon. Nous avons joué à la version optimisée pour Xbox Series X. Visuellement, le résultat est très propre, comme le montre toutes les images qui illustrent ce test et qui ont été capturées par nos soins. Néanmoins, nous avons trouvé qu’il y avait beaucoup trop de reflets dans tous les sens et un lissage des textures trop prononcé. Résultat : les personnages et les environnements manquent de réalisme et, même s’il reste très beau, Call of Duty Black Ops Cold War n’est pas la claque graphique à laquelle on aurait pu s’attendre sur les nouvelles consoles de salon.

Notre verdict

Cette année, Call of Duty explore une période de l’histoire rarement exploitée dans le jeu vidéo : la guerre froide. Le résultat est convainquant avec une campagne solo prenante, fun et variée qui vous fera voyager aux quatre coins du monde. Malheureusement, elle se termine en six heures de jeu (et même en moins de cinq heures pour les plus rapides). Si vous jouez à Call of Duty uniquement pour son mode solo, cela reste donc sacrément court et vous réfléchirez sans doute à deux fois avant d’acheter le jeu. De plus, si vous y jouez sur PS5 ou Xbox Series X, la claque graphique attendue n’est clairement pas là. Par contre, si vous jouez en ligne, ce nouveau « Call of » dispose d’autres atouts pour vous séduire et il serait dommage pour vous de ne pas jeter un coup d’œil à cette excellente campagne solo.

Découvrez la bande-annonce de lancement :

 

REVIEW OVERVIEW
Call of Duty Back Ops Cold War