Des fillettes violées pendant 11 ans dans des clubs échangistes en Belgique

Photo Pexels

Durant des années, des jeunes fillettes mineures auraient été abusées dans des clubs échangistes en Belgique, selon Het Laatste Nieuws. Le procès de Pascal P., 47 ans, et de sa compagne T.D., 43 ans, doit débuter ce vendredi.

D’après le quotidien flamand, les deux fillettes de T.D., âgées de deux ans et huit ans, auraient en effet été « louées » à des hommes pendant près de 11 ans. Ces abus auraient eu lieu dans des clubs échangistes, sur des parkings ainsi que dans le garage du couple.

Pascal P., un garagiste néerlandais, et sa compagne T.D., sont donc accusés d’exploitation et abus sexuels sur enfants. Et « il y avait sans doute des clients belges parmi eux », a expliqué le parquet.

C’est le 17 juin 2019 que la police avait débarqué en masse dans le garage de l’accusé, situé à Waterlandkerkje, une petite bourgade néerlandaise de 500 habitants situé à la frontière belgo-néerlandaise. Dans un premier temps, les riverains ont cru à une descente dans le cadre d’un trafic de drogue, mais la réalité était bien plus glauque encore.

Droguées pour les « louer »

Pascal P. était en effet parvenu à convaincre T.D. d’exploiter sexuellement ses deux filles âgées de 2 et 8 ans, ainsi qu’une copine de l’aînée. Deux autres mineures ont peut-être également été victimes de ce couple qui donnait de la drogue, de l’alcool ou des somnifères aux enfants avant de les « louer » contre de l’argent. Pascal P. aurait lui-même participé aux abus.

Des milliers de messages échangés entre Pascal P. et T.D. ont été versé au dossier. On peut notamment y lire: « Tu peux me l’envoyer », explique Pascal P. à T.D. qui lui répond: « Je vais lui mettre une pilule, ça ira encore plus facilement. » La femme lui aurait même proposé d’avoir un autre enfant ensemble, « alors, on pourra commencer jeune ».

Aujourd’hui âgées de 14 et 20 ans, les deux filles ont donc connu l’enfer durant 11 ans, d’août 2008 à juin 2019.

Le couple va donc comparaître dès ce vendredi devant le tribunal de Middelburg, en Zélande, et devra répondre de dix chefs d’inculpation, dont le viol, l’exploitation, la débauche, la traite d’êtres humains, etc. Aucun « client », par contre, n’a pu être identifié. Mais des Belges seraient notamment impliqués. « C’est certainement le cas, puisque les faits se sont également déroulés dans des clubs échangistes en Belgique », a expliqué la justice néerlandaise.