Les enfants restent une source d’infection pour les personnes à risque

Ph. Unsplash

Devant l’augmentation continue des chiffres en Belgique, le virologue Steven Van Gucht a tenu à rappeler dans les colonnes de « Het Laatste Nieuws » que les enfants étaient une source d’infection et qu’ils pouvaient contaminer les grands-parents, qui sont des personnes à risque. 

On le sait maintenant depuis un moment, les enfants sont moins susceptibles de tomber malades et présentes des symptômes moins graves que des adultes et, à fortiori, des personnes à risque. Steven Van Gucht a insisté, dans les colonnes de « Het Laatste News », sur le fait que les enfants étaient une source d’infection.

« Ils ne sont pas le moteur de cette épidémie ni même de cette vague, ça nous en sommes sûrs, mais ils sont une source d’infection, c’est certain. Plusieurs études montrent que les enfants sont au moins aussi contagieux que les adultes. Même s’ils sont à peine malades, la charge virale qu’ils portent peut être considérable. Comme les enfants infectés présentent souvent de légers symptômes ou parfois pas de symptômes du tout, nous ne nous rendons parfois pas compte qu’ils sont infectés, et nous ne sommes donc pas plus vigilants », a-t-il expliqué.

Et si certains symptômes semblent parfois anodins, ils ne le sont pas et l’infection peut être rapide: « La diarrhée, par exemple, peut être un symptôme. Si vous essuyez les excréments de l’enfant et ne vous lavez pas très bien les mains par la suite, vous courez le risque d’une infection. Si vous tirez la chasse d’eau et ne fermez pas le couvercle des toilettes aussi, car les bactéries sont projetées dans l’air. Et évidemment, les baisers et les câlins représentent également un risque. »

Les parents doivent juger avec bon sens

Il est donc important de prendre certaines dispositions, surtout lorsque les enfants sont en contact avec des personnes à risque comme les grands-parents. « Je ne vois pas de menace majeure pour les parents: ils sont généralement jeunes. Pour les grands-parents, c’est un peu plus dangereux. Je peux imaginer qu’un septuagénaire en pleine forme décide de faire plus attention à ses petits-enfants depuis quelques mois. Le port d’un masque n’est certainement pas une mauvaise idée. Faire porter un masque aux enfants n’est pas une bonne idée, ils le mettent mal de toute façon », juge-t-il.

“Mais si vous êtes un nonagénaire qui sent que la fin approche, alors je peux aussi imaginer que vous voulez vivre ces derniers mois avec vos petits-enfants aussi intensément que possible et prendre un risque conscient. Chacun doit évaluer la situation pour lui-même », pointe-t-il malgré tout. « Pour le bien-être des enfants, ces contacts sont encore plus importants que pour les adultes. C’est quelque chose qu’on ne peut pas et qu’on ne veut pas leur enlever. »

Lire aussi : Vers une adaptation du code couleurs dans les écoles ?