Couvre-feu, fermeture de l’horeca, limitation des contacts : nouveau tour de vis en Belgique

Belga / S. Lecoq

Les discussions ont été difficiles, ce vendredi, lors du comité de concertation. Les ministres des gouvernements fédéral et des Communauté et Régions étaient réunis dans l’après-midi au Palais d’Egmont. A l’issue de cette réunion, de nouvelles mesures « sévères » ont été annoncées, justifiées par l’accélération de la propagation du coronavirus dans notre pays. Bulle sociale réduite, couvre-feu, fermeture de l’horeca, télétravail… : Metro fait le point sur ces nouvelles restrictions.

Face à l’évolution exponentielle des contaminations et ses répercussions sur le système hospitalier, la Belgique durcit le ton.

« Semaine après semaine, les chiffres doublent. Ils montent en flèche et sont alarmants», a averti le Premier ministre Alexander De Croo (Open Vld). Ce vendredi, Sciensano dénombrait 2.000 hospitalisations dues à la Covid-19, 327 patients en soins intensifs et 35 décès. « Ces chiffres sont significativement supérieurs à mars et avril, lors de la première vague. Et ces augmentations vont se poursuivre dans les jours à venir », a prévenu le libéral.

« Nous n’avons qu’une seule mission : faire baisser les chiffres », a répété Alexander de Croo pour justifier les mesures annoncées vendredi, admettant qu’elles étaient « dures ».

L’objectif est triple, et il est clair : éviter la saturation des hôpitaux, permettre aux enfants d’aller à l’école et maintenir les entreprises en activité. « Aujourd’hui, nous devons faire un pas en arrière pour nous permettre, ensuite, de faire un pas en avant tous ensemble », a déclaré le Premier ministre.

Fermeture de l’horeca et couvre-feu dès minuit

Un couvre-feu nocturne sera instauré entre minuit et 05h00 à l’échelle nationale. Il entrera en vigueur dans la nuit de lundi à mardi. Toute présence dans l’espace publique sera donc interdite durant ce laps de temps.

De plus, dès lundi, tous les cafés et restaurants devront fermer leurs portes, et ce pour une durée de quatre semaines. Cette mesure, ont annoncé les autorités, fera l’objet d’une première évaluation dans deux semaines.

Néanmoins, les restaurants pourront ouvrir jusqu’à 22 heures pour les repas à emporter.

« Nous ne sommes plus dans la phase où l’on se demande d’où vient la contamination. On est dans un schéma où l’on veut éviter les contacts qui ne sont pas nécessaires », souligne le Premier ministre, pour justifier cette mesure jugée « incompréhensible » par le secteur horeca.

Un soutien destiné au secteur est par ailleurs prévu. « Nous n’allons abandonner personne », a assuré le Premier ministre. Le droit passerelle sera doublé pour les indépendants qui seront contraints de fermer leurs portes. Seront également prolongées les mesures existantes et l’exonération provisoire des cotisations ONSS. À Bruxelles, le soutien accordé aux bars et cafés, déjà fermés, sera étendu aux restaurants.

Les réceptions et banquets organisés par un service traiteur sont interdits, sauf dans les hôtels pour les clients qui y séjournent et dans le cadre de funérailles, où un maximum de 40 personnes seront autorisées.

Enfin, la vente d’alcool sera interdite à partir de 20 heures. Les magasins de nuit devront fermer à 22h.

La bulle sociale drastiquement réduite

Les autorités ont en outre annoncé la limitation des contacts sociaux. Principalement, la bulle sociale, c’est-à-dire les contacts rapprochés (sans masque de protection ni distance physique), sera réduite à une seule personne en dehors du foyer. Cette seule personne devra être la même pour une durée d’un mois.

Cela étant, il sera toujours possible d’accueillir des personnes chez soi. Chaque foyer peut recevoir quatre invités à condition de respecter les distances. Ces quatre personnes devront rester les mêmes durant deux semaines consécutives. « Vous choisissez 4 personnes que vous pouvez inviter chez vous pendant deux semaines », a détaillé le ministre de la Santé Frank Vandenbroucke (sp.a). « Vous pouvez ensuite choisir quatre autres personnes. »

Concernant les rassemblements dans l’espace public, ceux-ci sont également limités à quatre.

Le télétravail devient la règle

Le télétravail devient la norme dès ce lundi, à chaque fois qu’il est possible. C’est-à-dire pour les fonctions qui s’y prêtent et dans le respect de la continuité des services.

Pas de marché de Noël

Aucun marché et village de Noël ne sera autorisé cette année en Belgique, a annoncé le ministre de la Santé publique.

Les petits marchés et les petites foires seront toutefois autorisés moyennant le respect des règles de distanciation sociale, a-t-il précisé. « Si vous voulez aller faire vos courses (sur un petit marché), faites-le », a ajouté Frank Vandenbroucke.

Le baromètre pas encore au point

Le baromètre qui doit régler l’instauration de mesures pour lutter contre la propagation du coronavirus n’est pas encore finalisé. Il est toutefois acquis qu’il fonctionnera selon différents niveaux d’alerte. Au début de son allocution, le Premier ministre, Alexander De Croo, a d’ailleurs fait savoir que le pays était au niveau d’alarme 4.

Sport et culture : des protocoles à revoir

Pour les compétitions sportives, les compartiments réservés aux spectateurs passeront de 400 à 200 personnes et les cafétérias seront fermées. Le Tour de Flandre cycliste, programmé dimanche, aura bien lieu, mais sans public.

Les protocoles dans les domaines culturel, sportif et autres seront adaptés d’ici vendredi prochain à la situation actuelle sous la conduite du commissaire du gouvernement à la lutte contre le coronavirus, Pedro Facon. En attendant, ils sont d’application. Les activités qui ne sont pas couvertes par un protocole seront limitées à 40 personnes.

Ce n’est pas qu’après l’adaptation de ces protocoles que le baromètre pourra être opérationnel.