Ces Instagrameuses qui brisent les clichés beauté

Ph. Instagram @Ely_Killeuse / @bodyposipanda / @douzefevrier

Vous en avez marre de ces photos de femmes au teint parfait, à la peau lisse, au ventre plat et à la silhouette sans défaut ? Sur Instagram, de plus en plus d’influenceuses s’attaquent aux stéréotypes de la beauté. Avec humour, bienveillance et authenticité, ces influenceuses sont parfaites à suivre pour bodypositiver, décomplexer, s’accepter et apprendre à s’aimer telle que l’on est.

Acné, cicatrices, rondeurs, poils, cellulite ou encore les fameuses vergetures. Tous font partie de nos vies et de nos corps. Pourtant on les voit rarement s’afficher sur Instagram, royaume des diktats de la beauté. À contre-courant des images retouchées et des corps parfaits, de nouvelles tendances creusent leur sillon sur le réseau social. L’idée ? Face à une société ultra-normée, représenter les corps dans toute leur diversité et apprendre à les accepter, à les aimer et à les regarder avec bienveillance.

Se libérer des normes, ça passe avant tout par changer son propre regard sur soi. Ainsi, de plus en plus nombreuses sont les influenceuses qui postent des photos de leur corps. De leur vrai corps. Sans retouche ni filtre, avec toutes leurs imperfections qui les rendent si parfaits. Accompagnés de messages inspirants prônant l’acceptation et l’appréciation de soi – et de son corps. Zoom sur dix comptes à intégrer dans son feed pour recevoir une bonne dose d’énergie positive et se faire du bien !

Avec humour

Avec ses sept millions d’abonnés, les posts de Celeste Barber font le buzz aux quatre coins du globe. Son créneau ? Parodier des photos de stars et mannequins pour en dénoncer le caractère superficiel et surréaliste (et en passant, le culte de la minceur et autres standards beauté inatteignables). Celeste Barber nous fait rire mais surtout, elle nous fait du bien en rappelant à quel point ces images sont éloignées de la réalité.

@celestebarber

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Celeste Barber (@celestebarber) le


L’humour, c’est aussi son rayon. Engagée, pleine de peps et d’autodérision, Juliette Katz affiche et assume son corps nu et ses formes. « Le problème n’est pas que je sois une femme, grosses, cernée, blonde. Le problème est que ça pose problème aux gens », lance la comédienne et Youtubeuse. Avec ses 530.000 abonnés Instagram, elle diffuse une joie de vivre incroyable. Surtout, elle nous apprend à nous regarder avec amour et bienveillance.

@Coucoulesgirls

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Coucou Les Girls (@coucoulesgirls) le

L’envers du décor

Pour briser les codes d’Instagram, la journaliste Danae Mercer joue la carte de la transparence. Après s’être battue contre l’anorexie, elle dévoile des photos non-retouchées, sous le slogan « Instagram VS. Réalité ».

La jeune femme est pourtant bien consciente qu’elle correspond tout à fait aux standards de beauté de notre société. Elle les a côtoyés de près, pour avoir travaillé dans la presse mode et voyage. Pour la même raison, Danae Maercer est habituée aux séances photos qui durent deux heures pour obtenir la pose parfaite. Aussi, elle en dévoile toutes les astuces : comment avec telle ou telle pose on peut gommer sa cellulite ou aplatir un ventre arrondi… Son unique objectif : que les femmes se sentent bien dans leur peau.

@danaemercer

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Danae | Angles + Self Love (@danaemercer) le


A l’instar de Danae Mercer, Mary Jelkovsky a souffert de troubles alimentaires par le passé. Un sujet lui aussi associé à de nombreux clichés. Mais depuis qu’elle a surmonté cette épreuve, cette jeune femme en parle ouvertement. Surtout, elle profite pleinement de la vie, rayonnante et fière de ses courbes !

@maryscupofteaa

La « Body positive attitude »

Megan Jayne Crabbe a elle aussi connu les affres de l’anorexie. C’est en découvrant le mouvement body positivisme qu’elle parvient à en sortir. Depuis lors, « tout mon monde a changé. J’accepte mes bourrelets, je célèbre ma cellulite et j’encourage chacun à faire de même », écrit Megan, alias Body Posi Panda. De plus, elle utilise sa position d’influenceuse afin de porter des causes qui lui tiennent à cœur, en particulier pour promouvoir le mouvement Black Lives Matter.

@bodyposipanda

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Megan Jayne Crabbe 🐼 (she/her) (@bodyposipanda) le


Après avoir fait le yoyo entre les tailles 36 et 46, avoir testé une multitude de régimes et connu la boulimie, Yasmine, alias Ely Killeuse sur Instagram a fini par faire la paix avec son corps. En se détachant de son obsession pour la minceur, elle est même parvenue à l’aimer.

@Ely_Killeuse

Aimer la différence

On peut encore épingler @lafillequiadestaches, le compte de Julie Bullier qui a des angiomes (taches de naissance) sur 70% de son corps. Moqueries, cyber harcèlement, insultes… Julie Bullier a beaucoup enduré (toujours d’ailleurs) avant d’accepter sa différence physique et d’en faire une force.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par 𝕁𝕌𝕃𝕀𝔼 💜 (@lafillequiadestaches) le

Citons encore Julie Bourges, @douzefevrier sur Instagram. Grande brûlée après un accident en 2013, elle en porte et assume aujourd’hui de nombreuses cicatrices. Sur Instagram, elle raconte son quotidien, son combat, et encourage sa communauté à ne jamais baisser les bras.

À l’image de ces jeunes femmes, les influenceuses qui portent ce type de message sont légion sur Instagram. Difficile d’en dresser une liste exhaustive. Toutefois, le compte @onveutduvrai a spécifiquement pour objet de recenser ces initiatives « bodypositive », avec un mot d’ordre : que les réseaux sociaux nous fassent du bien !

C’est aussi acceptable de ne pas accepter

Si les adeptes du mouvement « bodypositiv » affichent leurs corps sans complexe, ce n’est pas si simple pour tout le monde. L’acceptation de soi est progressive et parfois compliquée. C’est le message du mouvement « body neutrality », qui voit dans le bodypositiv une injonction à aimer son corps, soit une nouvelle pression exercée sur les femmes. Le Body Neutrality est notamment incarné par des influenceuses qui parlent de, voire exposent, leurs complexes. L’idée est davantage d’apprendre à accepter et gérer la frustration, l’insatisfaction, ce qui nous rend mal à l’aise de notre physique… comme une étape sur le chemin de l’acceptation, voire l’amour de soi et de son corps.

 

(or)