Les secrets des toilettes à 20 millions d’euros de l’ISS

AFP

Les nouvelles toilettes de la Station spatiale internationale (ISS) ont été livrées hier. Si elles étonnent par leur prix, estimé à quelque 20 millions €, elles apportent surtout davantage de confort pour les astronautes et permettent aussi de mieux recycler leurs déchets.

Présentées comme un nouveau système universel de gestion des déchets (Universal Waste Management System), ces nouvelles toilettes ont été mises au point par la Nasa, l’agence spatiale américaine. Elles s’avèrent beaucoup plus compactes que les anciennes puisqu’elles sont 65% plus petites et 40% plus légères que le modèle actuellement en place dans l’ISS. Ce nouveau système comprend en outre des repose-pieds et des poignées empêchant les astronautes de s’en aller flotter au moment fatidique.


Les toilettes ont également été prévues pour être plus pratiques pour les femmes puisqu’elles disposent désormais d’un siège. Enfin, la NASA garantit que le matériel sera plus simple et rapide à entretenir et à nettoyer.

Une meilleure odeur dans la station

Pour faire ses besoins, l’équipage utilisera un entonnoir relié à un tuyau pour l’urine et le siège pour les selles. Les déchets sont ensuite aspirés par un ventilateur en titane. Ce système d’aspiration sera dorénavant automatique et n’aura plus à être déclenché par l’astronaute. Cela contribuera également à assurer une meilleure odeur dans la station spatiale.

Ph. Nasa

Après avoir été collectée, l’urine sera traitée puis récupérée afin d’être recyclée en eau directement dans la station. A noter que les matières fécales sont quant à elles stockées dans des contenants renvoyés sur Terre pour évaluation, mais la plupart brûlent et disparaissent à leur rentrée dans l’atmosphère. Enfin, le papier hygiénique, les lingettes et les gants seront jetés dans des sacs étanches.

Ce nouveau dispositif va être testé durant trois ans, tout en gardant en parallèle les anciennes toilettes, jusqu’au démantèlement de l’ISS qui devrait débuter en 2024. Ensuite, il pourrait très bien servir pour des missions vers Mars ou de futures stations sur la Lune.