Ce psychiatre alerte des effets dangereux d’Instagram sur les jeunes

Hans Lucas via AFP

Actuellement, l’inscription à Instagram est interdite aux moins de 13 ans. Pour un psychiatre britannique, il faudrait aller plus loin en interdisant le réseau social aux jeunes de moins de 18 ans, tant il peut être dangereux pour eux.

Faut-il avoir peur d’Instagram et des effets que le réseau social peut avoir sur les plus jeunes ? Oui, selon le docteur Max Pemberton. Dans une tribune publiée dans le Daily Mail, ce psychiatre britannique estime qu’Instagram devrait être réservé aux utilisateurs de plus de 18 ans.

Une épidémie de problèmes de santé mentale chez les jeunes

Le docteur a d’abord ouvertement critiqué les stars comme Kim Kardashian qui demandent à Facebook et à Instagram de mieux agir contre les contenus qui promeuvent le racisme, la discrimination et la haine. « Comment des célébrités comme elle osent-elles faire la leçon à qui que ce soit sur les méfaits des médias sociaux, alors qu’elles ont fait fortune en publiant des images retouchées ou mises en scène qui contribuent directement à l’épidémie de mauvaise estime de soi et de problèmes de santé mentale qui touche les jeunes femmes. Non seulement ces célébrités corrompent et déforment l’esprit de toute une génération de jeunes gens innocents, mais elles sont aussi payés dans le processus. Et puis, elles se sentent libres de nous faire la morale. Tout cela est nul », estime le Dr. Max Pemberton.

View this post on Instagram

🔮

A post shared by Kim Kardashian West (@kimkardashian) on

Les adolescents sont bombardés d’images irréalistes

Le psychiatre indique qu’il constate tous les jours dans sa clinique du NHS l’effet des médias sociaux sur les jeunes : « Depuis dix ans, je suis spécialisé dans le traitement des troubles alimentaires. Et parmi les centaines de mes patients adolescents, tous ont mentionné les médias sociaux comme un facteur qui contribue à leur mal-être ».

Il estime que les réseaux sociaux ont créé un environnement hyper-critique concernant l’image du corps et que cela peut déclencher des troubles alimentaires chez certains jeunes. Selon Max Pemberton, les adolescents sont bombardés d’images irréalistes sur les réseaux qui ont un impact direct sur l’estime de soi et la confiance en soi.

©PHOTOPQR/SUD OUEST/DAVID Thierry

Un stade de développement clé

Le médecin confie qu’il a du mal à expliquer à ses jeunes patients que ce qu’ils voient en ligne n’est pas réel. « Nous nous inquiétons de l’effet de choses comme le porno, les films et les jeux vidéo, mais je m’inquiète davantage pour Instagram et Facebook précisément parce qu’ils semblent inoffensifs », écrit-il. « Entre 14 et 18 ans, les jeunes sont à un stade de développement clé. Ils commencent à regarder vers l’extérieur pour développer un sentiment d’identité. Ils sont particulièrement influençables et réceptifs aux messages qui ont un effet néfaste sur leur corps. Sur des sites comme Instagram, ils sont inondés d’images qui leur donnent des idées irréalistes sur leur apparence physique », détaille le docteur Pemberton.

De plus en plus de garçons prennent des stéroïdes

Il n’y a pas que les jeunes filles qui sont touchées. Le psychiatre indique qu’il constate une augmentation constante du nombre de garçons qui utilisent des stéroïdes pour tenter de reproduire les corps musclés qu’ils pensent être la réalité. « Je suis convaincu qu’Instagram alimente l’épidémie de maladies comme l’anxiété et la dépression que nous constatons actuellement », conclut le docteur qui souhaite que la plateforme soit interdite aux moins de 18 ans.