Des algues bleues ont tué des centaines d’éléphants au Botswana

AFP

Des «algues bleues», ou cyanobactéries, ont provoqué la mort massive d’éléphants au Botswana. Cette intoxication explique le décès mystérieux de 330 éléphants en quelques mois.

Le Botswana est connu pour sa nature et attire les touristes en raison de ses animaux sauvages. Coincé entre la Zambie, la Namibie et l’Afrique du Sud, le pays abrite environ 130.000 éléphants en liberté, soit un tiers de leur population africaine connue. En juillet, 281 cas d’éléphants morts ont été recensés. Un nombre qui a augmenté de cinquante en deux mois.

L’analyse des carcasses, du sol, du sang et des réservoirs d’eau a révélé que des algues bleues en étaient à l’origine. Les cyanobactéries qui vivent dans l’eau du delta de l’Okavango peuvent produire des toxines mortelles, a expliqué le vétérinaire en chef des parcs nationaux et de la faune. Les autres animaux ne sont pas affectés car les éléphants utilisent leur trompe pour absorber l’eau sous la surface, où se trouve la bactérie, a-t-il expliqué.

Les décès se sont arrêtés lorsque les réservoirs ont commencé à s’assécher vers le mois de juin. À l’approche de la saison des pluies, les autorités entendent réagir, affirme le vétérinaire.