Le Royaume-Uni et les Pays-Bas entrent dans une deuxième vague

AFP / O. Scarff

Si l’on regarde le nombre de nouvelles contaminations aux Pays-Bas, «oui, c’est une deuxième vague», a déclaré vendredi le ministre néerlandais de la Santé publique, Hugo de Jonge. Le Royaume-Uni fait lui aussi face à une «deuxième vague» de nouveau coronavirus, a, de son côté, prévenu vendredi le Premier ministre Boris Johnson. Son gouvernement n’écarte pas de recourir à un nouveau confinement général pour toute l’Angleterre comme «dernière ligne de défense».

Aux Pays-Bas, les hôpitaux ne sont pas encore submergés. «C’est à nous tous d’éviter d’en arriver là», a déclaré Hugo de Jonge.

«Il ne fait aucun doute (…) que nous pouvions nous attendre à une deuxième vague et que nous en voyons maintenant une arriver», a pour sa part affirmé le dirigeant britannique en visitant le chantier en construction d’un centre de vaccins à Didcot, près d’Oxford. «Nous la voyons en France, en Espagne, à travers l’Europe. Je crains qu’il était absolument inévitable que nous la verrions dans ce pays», a-t-il ajouté, alors que le taux de transmission au Royaume-Uni est désormais situé entre 1,1 et 1,4, impliquant une accélération des contaminations.

«Le nombre de patients hospitalisés infectés par le coronavirus double tous les huit jours», a déclaré le ministre britannique de la Santé.

Boris Johnson n’a pas exclu de durcir davantage des restrictions locales qui se multiplient en Angleterre, où il est interdit de se rassembler à plus de six, mais il a dit vouloir éviter un nouveau confinement national, ravageur pour l’économie.

Les nouvelles mesures britanniques, qui entrent en vigueur vendredi et concernent deux millions de personnes, interdisent notamment les rencontres entre personnes de différents foyers et introduisent un couvre-feu de 22h00 à 05h00 dans les lieux de divertissement.

L’instauration de ces mêmes mesures à partir de mardi a été annoncée vendredi dans plusieurs localités du Nord-Ouest de l’Angleterre et notamment à Liverpool, ville qui compte à elle seule 500.000 habitants.

La seule interdiction de se réunir avec des personnes d’autres foyers à domicile (jardins y compris) a également été instaurée dans plusieurs localités des Midlands et le West Yorkshire à partir de mardi.