Design, musique, expos et couleurs du patrimoine au programme

Uptown Design Tour (Natan - Olivier Vitry pour Claisse - Photo Eline Willaert)

La culture a doucement mais sûrement repris ses droits. Après les journées du patrimoine en Wallonie, c’est au tour de Bruxelles de montrer ses couleurs, tandis que le design s’installe en boutique et que d’intéressantes expositions vous tendent les bras. 

Les couleurs de Bruxelles

Photo Urban.Brussels

Quelque 93 lieux ouvriront leurs portes à l’occasion des Journées du Patrimoine en Région bruxelloise organisées ces 19 et 20 septembre, autour du thème des couleurs. En raison de la crise sanitaire, les places seront limitées et attribuées sur réservation au préalable.

Le thème « Couleur » a été défini pour montrer que la couleur est présente à travers toute la ville, essentiellement lorsqu’elle se cache derrière les façades et dans des intérieurs qui ne sont pratiquement jamais accessibles.

Ces Journées du Patrimoine sont l’occasion de découvrir certains de ces intérieurs rarement repris au programme des Journées comme les salons de l’antiquaire Costermans; « Square » et ses fresques de Delvaux et de Magritte; l’hôtel du gouverneur de la Banque nationale de Belgique; l’Institut Saint-Boniface dont un local abrite des fresques de Hergé; la chapelle Sainte-Anne, l’ancien cinéma Rio,…

Plusieurs ateliers et entreprises artisanales ouvriront également leurs portes et expliqueront en quoi consiste leur métier et leur savoir-faire à l’heure actuelle. Les Journées du Patrimoine 2020 permettront aussi de (re)découvrir certaines collections muséales très colorées et de mettre en évidence le patrimoine immatériel bruxellois, tout en couleurs. Sans compter les nombreux cafés et établissements Horeca qui colorent et animent la vie bruxelloise.

Du design en boutique

Bernadette Chéné, Parterre, 1990, La Forest Divonne

La 7e édition de l’Uptown Art & Design Tour se déroule jusqu’au 27 septembre dans les boutiques du boulevard de Waterloo et de ses environs à Bruxelles. Il permet de découvrir et d’acheter des créations de designers et d’artistes contemporains belges et internationaux au détour d’un parcours reliant des boutiques participantes.

Chaque année, le parcours s’étend à un peu plus de boutiques et compte plus de visiteurs. Pour cette édition, il a cependant été restreint pour raison sanitaire à 19 commerces participants et 24 artistes, contre 29 lieux et une trentaine d’artistes l’an dernier.

« En dépit du contexte et de conditions difficiles, les lieux partenaires ont accepté de nous suivre dans cette nouvelle édition », se réjouit Kunty Moureau, co-organisatrice.

Le parcours passe par la rue de Namur, la rue du Grand Cerf et l’avenue de la Toison d’Or. Il compte des ambassadeurs fidèles comme La Maison Natan et le Sofitel Brussels Le Louise ainsi que quelques nouveaux venus comme les boutiques Yves Delorme, Paule Ka, 7 For All Mankind, Golden Goose et By B. Barbara Louys.

Week-end Ethik

Photo Unsplash

La première édition de l’événement PikNik Ethik, un rendez-vous grand public au profit du Télévie, a lieu jusqu’au 20 septembre sur la place d’Espagne à Bruxelles. Les organisateurs veulent proposer au coeur de Bruxelles des événements responsables, conviviaux et intergénérationnels.

Pour tenir compte des règles sanitaires Covid-19, chacun des partenaires du festival se voit attribuer un créneau horaire, durant lequel il peut accueillir un maximum de 400 personnes. La réservation est obligatoire. Ce vendredi soir, de 17h à 23h, c’est la boîte de nuit gay Flash Club Brussels qui prend en charge l’organisation de la soirée en musique.

Samedi, l’asbl culturelle ‘Visite particulière’ organisera un brunch de 11h à 14h. Il sera suivi de 15h à 18h par le déjeuner ‘What The Fun’, qui permettra de voir les shows stand up de six humoristes belges. De 19h à 23h, le théâtre de la Toison d’or mettra en scène le spectacle « Résiste » de l’humoriste Farah, qui s’attaque au sexisme, au racisme et à l’homophobie. Dimanche, le collectif bruxellois C12, axé sur l’art et la musique, occupera la place de 11h jusqu’à 23h.

Dans la bibliothèque des Ducs

Photo KBR

La Librairie des Ducs de Bourgogne et sa collection unique de manuscrits du 15e siècle, un trésor national vieux de 600 ans précieusement conservé par la Bibliothèque royale de Belgique désormais renommée KBR, s’offre enfin aux yeux des visiteurs à partir d’aujourd’hui au sein du KBR museum.

Avec ce nouvel espace muséal, la Bibliothèque royale entend participer à la relance de la vie culturelle à Bruxelles, même si pas plus de cinquante visiteurs par heure sont admis dans les 1.500 m²du musée.

La Librairie des Ducs de Bourgogne constituée il y a 600 ans par Philippe le Bon comprenait pas moins de 900 ouvrages qui englobaient l’ensemble des domaines de la pensée. Un tiers de ceux-ci se trouvent en possession de la KBR.

Après une introduction générale dans la chapelle de Nassau, seul vestige du palais du même nom, la visite se poursuit ensuite à l’étage supérieur, où entre 160 et 180 pièces – manuscrits, estampes, retables, armes, etc. – sont exposées dans des vitrines individuelles. Les manuscrits seront changés trois fois par an pour des raisons de conservation, explique Sara Lammens, la directrice générale de la KBR.

Un ‘hub’ pour l’art

Exposition « Géométrie variable ». Ph. Artésio

Un nouveau « hub » artistique indépendant va être inauguré demain, à Anderlecht. Disposant d’une surface de 4.000 m² répartis sur huit niveaux et comprenant 80 espaces de dimensions variables, ‘Autonomie Art’s Bruxsel’, se veut être un lieu d’exposition, de création, de recherches et d’expérimentations artistiques.

Ce nouvel « outil » entend enrichir le paysage artistique de la capitale et en être un « marqueur » fort au service de l’art. Il se propose d’offrir un espace de création à tous les artistes, confirmés ou émergents, ainsi qu’un espace de découverte destiné à tous les publics.

Il concerne non seulement les arts visuels, mais aussi le théâtre, la musique, la danse, la performance ainsi que les « arts du futur » que l’on peut imaginer dès aujourd’hui. Il sera ainsi possible, par exemple, de visiter une exposition et d’assister à une conférence ou à un concert de jazz sous un même toit.

Au volant avec Hergé

L’exposition temporaire revenant sur la passion automobile du dessinateur Hergé est maintenue jusqu’à la fin du mois d’octobre, au sein même du musée consacré à Tintin, à Louvain-la-Neuve.

C’est en fait pour célébrer sa réouverture après la parenthèse obligée par la pandémie de Covid-19, mais également pour fêter les onze années d’existence du musée, que ses organisateurs ont imaginé cette « expo dans l’expo », entre autres activités.

Baptisée « En voiture avec Tintin« , ce parcours rappelle l’amour que portait le grand dessinateur aux automobiles, au travers de planches, miniatures au 1/24 et de photos et documents d’époque. Hergé aimait les voitures sportives avec une nette préférence pour les italiennes. Et il adorait la vitesse.