La tempête Sally s’abat sur le sud-est des Etats-Unis

Ph. CHANDAN KHANNA / AFP

Rues submergées et coupures de courant: l’Etat américain de l’Alabama et le nord-ouest de la Floride étaient balayés mercredi par les pluies de la tempête Sally, qui provoquent des inondations « catastrophiques ».

Au total, selon le site poweroutage.com, plus de 550.000 foyers n’avaient plus d’électricité mercredi dans ces deux Etats. L’ouragan Sally a touché terre à 4h45 à Gulf Shores, une petite ville de l’Etat d’Alabama. Il était alors en catégorie 2, et a depuis été rétrogradé en tempête tropicale.

Les vents charriés par la tempête se sont calmés et atteignent désormais une vitesse maximale 95 km/h. Elle se déplace lentement (à près de 11 km/h), ce qui signifie des pluies continues sur les mêmes zones pendant une période prolongée, intensifiant la montée des eaux.

Ph. CHANDAN KHANNA / AFP

Sally devrait continuer à s’affaiblir à mesure de « sa progression vers l’intérieur des terres mercredi soir et devrait devenir une dépression tropicale », selon le dernier bulletin du Centre national des ouragans (NHC). « Des inondations catastrophiques et historiques sont en cours », a aussi averti l’institution. Sally traversera le sud-est de l’Alabama mercredi soir, avant d’arriver sur le centre de l’Etat de Géorgie puis la Caroline du Sud jeudi, a précisé le Centre national des ouragans.

Ph. CHANDAN KHANNA / AFP

Des ouragans plus forts

Avec le réchauffement de la surface des océans, les ouragans deviennent plus forts, selon les scientifiques, qui prévoient ainsi une augmentation de la proportion de cyclones de catégorie 4 et 5.

Paulette, René, Teddy et Vicky: avec Sally, pas moins de cinq tempêtes se sont déclarées simultanément au-dessus de l’Atlantique en ce début septembre, un record depuis 1971. Il y a tellement eu de tempêtes tropicales dans cet océan cette année que l’ONU, qui les baptise, est en passe de se trouver à court de prénoms, pour la deuxième fois seulement de l’histoire.

Ph. CHANDAN KHANNA / AFP

Les services météorologiques américains avaient prédit que la saison des ouragans dans l’Atlantique, qui dure du 1er juin au 30 novembre, serait extrêmement « active », avec entre sept et onze ouragans.