Des Amérindiens colombiens abattent la statue d’un conquistador espagnol

Ph. Julian MORENO / AFP

Une statue équestre représentant le conquistador espagnol Sebastian de Belalcazar a été abattue mercredi par un groupe d’amérindiens colombiens, qui ont dénoncé pour l’occasion les violences à leur encontre tout au long de l’histoire du pays.

La manifestation n’était pas sans rappeler les images récentes de statues de personnalités esclavagistes ou colonisateurs mises à terre notamment en Belgique, aux Etats-Unis ou au Royaume-Uni, dans le sillage des protestations provoquées par la mort d’un Afro-Américain, George Floyd, sous le genou d’un policier blanc à Minneapolis (Etats-Unis) fin mai.

Ph. Julian MORENO / AFP

Selon des vidéos diffusées sur les réseaux sociaux, plusieurs dizaines d’Amérindiens du sud-ouest du pays ont abattu le monument équestre du conquistador à l’aide de cordes, en présence d’officiers de police.

Les manifestants ont célébré la mise à terre de la statue du fondateur des villes de Cali et Popayan, dans le sud-ouest de la Colombie. « Par la force du peuple nous avons réussi à la renverser, pour acter symboliquement le rejet de l’extermination des peuples », a déclaré à l’AFP Diana Jembuel, membre du peuple amérindien des Misak.

Ph. Julian MORENO / AFP

Appel à la mobilisation

Selon Mme Jembuel, l’événement s’est déroulé à la suite d’un appel à la mobilisation des peuples indigènes Misak, Nasa et Pijao afin de protester contre « l’extermination culturelle et physique des peuples indigènes » du département du Cauca, dont le chef-lieu est Popayan, et des « différents leaders sociaux du pays ».

Le maire de Popayan, Juan Carlos Lopez, a dénoncé l’acte qu’il a qualifié d’« acte violent contre un symbole d’une ville qui est multiculturelle ». Les peuples indigènes mènent depuis longtemps une lutte pour réclamer la réappropriation de terres dans le département du Cauca.