Des «spermatozoïdes géants» découverts, âgés de plus de 100 millions d’années

Easyfotostock

Les plus anciens spermatozoïdes fossilisés d’animaux, âgés de 100 millions d’années et mesurant jusqu’à 4,6 fois la taille de leur géniteur, ont été découverts dans de minuscules crustacés piégés dans un morceau d’ambre par une équipe internationale de paléontologues.

Jusqu’à présent, les plus anciens exemples connus de spermatozoïdes fossilisés dataient de 17 millions d’années, explique l’équipe de chercheurs menée par le Dr He Wang, de l’Académie chinoise des sciences, dans un article publié mercredi dans la prestigieuse revue Journal of Royal Society.

L’animal en question est un ostracode, dénommé «Myanmarcypris hui» par ces scientifiques, un crustacé existant depuis 500 millions d’années et qui est représenté aujourd’hui par des milliers d’espèces vivant dans les océans, les lacs et les rivières. Leur corps mou est protégé par une coquille calcaire de type bivalve qui ne dépasse généralement pas un millimètre.

Pendant la période du Crétacé (environ -145 à -66 millions d’années), ces ostracodes vivaient probablement dans les eaux côtières de l’actuelle Birmanie, où ils se sont retrouvés piégés dans un amas de résine d’arbre. C’est là que la pièce d’ambre a été retrouvée.

Quatre fois plus grands que leur géniteur

Les scientifiques ont d’abord confirmé qu’il s’agissait bien des plus anciens spermatozoïdes fossilisés recensés à ce jour. Ils ont été retrouvés dans le corps d’un spécimen femelle, ce qui indique qu’elle avait dû être fécondée peu avant d’être piégée dans l’ambre.

Une autre surprise fut la confirmation de leur hypothèse de l’existence ancestrale de «spermatozoïdes géants», particularité de ces ostracodes, pouvant mesurer jusqu’à 4,6 fois la taille du corps du mâle géniteur.

«C’est comme si un être humain produisait un spermatozoïde d’environ 7,30 mètres, donc cela nécessite énormément d’énergie pour les fabriquer! «, explique Renate Matzke-Karasz, de l’Université Louis-et-Maximilien de Munich (Allemagne) et co-auteure de l’étude.

Il s’agit ici d’une sorte d’exception dans le règne animal, dans la mesure où la plupart des mâles (y compris chez les humains) produisent généralement des dizaines de millions de spermatozoïdes minuscules mais en très grande quantité.