Comment lutter contre la mauvaise haleine ?

Ph. Pixabay

Au réveil, nous avons tous, ou presque, une mauvaise haleine. Durant la nuit, notre bouche s’assèche ce qui laisse la possibilité aux bactéries de se multiplier. Heureusement, cette odeur désagréable disparaît pour de nombreuses personnes après le petit-déjeuner et un simple brossage de dents. Pour les autres, le phénomène, qui reste encore tabou, peut représenter un réel handicap en société.

On estime qu’entre 25 % et 50 % de la population occidentale se plaignent d’halitose, c’est-à-dire d’avoir une mauvaise haleine. Le phénomène, qui tend à prendre de l’importance en vieillissant, est dans 85 % des cas d’origine buccale.

Sans surprise, les aliments que l’on ingère influencent directement notre haleine. Vous en aurez tous déjà fait l’expérience, manger de l’ail ou des oignons affecte négativement notre haleine jusqu’à ce que notre corps se soit débarrassé de l’aliment. Idem pour le café, le tabac ou encore l’alcool. Mais une mauvaise hygiène bucco-dentaire peut également être la source d’une mauvaise haleine. Des restes d’aliments peuvent en effet être « attaqués » par des bactéries au niveau des dents, de la langue ou de la gencive. Ce phénomène s’accompagne d’une émission de composés chimiques à base de soufre qui est particulièrement malodorante. Des caries, un abcès ou encore avoir une bouche sèche sont autant de facteurs qui influencent aussi négativement notre haleine.

Mais étonnamment, les causes de mauvaises haleines peuvent également se trouver hors de la bouche, comme le confie le docteur Pierre Bercy sur le site des cliniques universitaires Saint-Luc. Ce serait même vrai dans 15 % des cas ! « L’halitose peut également se situer dans la sphère ORL (oto-rhino-laryngologique) et être due à une amygdalite chronique, une sinusite (…). Un faible pourcentage des cas de mauvaises haleines est dû à un écoulement rétro-nasal sur le dos de la langue et moins d’1 % des halitoses sont dues à des désordres gastriques », confie-t-il. Contrairement à une croyance populaire, les troubles du système gastrique ne sont donc que rarement la raison de la mauvaise haleine. Parmi les autres causes possibles, Pierre Bercy cite également l’insuffisance hépatique et rénale, la prise de médicaments ou l’excès de jeûne.

Des astuces de grand-mère ?

Jus de citron, persil, bicarbonate de soude… Il existe de nombreuses astuces de grand-mère pour lutter contre la mauvaise haleine. Si certaines sont efficaces sur le court terme, très peu le sont sur le long terme. C’est également le cas pour les sprays et autres pastilles disponibles en pharmacie. « Les sprays, les pastilles, les chewing-gums que l’on peut trouver en pharmacie peuvent être efficaces pour masquer la mauvaise odeur, mais ils ne vont pas traiter la cause de la mauvaise odeur », confirmait d’ailleurs le docteur David Nisand dans un reportage publié sur France TV. Or, s’attaquer à la cause est le seul moyen de se débarrasser durablement de sa mauvaise haleine.

La plupart des patients constatent une amélioration de leur haleine lorsqu’ils améliorent leur hygiène bucco-dentaire. Cela se fait simplement en se brossant les dents trois fois par jour, en utilisant du fil dentaire et un gratte-langue. Pour les autres cas et peu importe la cause, votre dentiste reste probablement votre meilleur allié pour vous conseiller et vous soigner. Et si l’origine de la mauvaise haleine n’est pas orale, il vous renverra vers un médecin spécialisé.

Enfin, il n’est pas impossible que le dentiste ne vous dise que votre problème est tout simplement… psychologique. Il n’est en effet pas rare que des patients fassent une fixation sur leur haleine alors qu’elle est tout à fait normale.