Marc Dutroux est « toujours psychopathe », selon les psychiatres

BELGA PHOTO OLIVIER HOSLET

Les experts psychiatres qui ont examiné Marc Dutroux ont rendu leur rapport mercredi et concluent que le détenu présente toujours un risque élevé de récidive, selon Sudpresse jeudi. L’un des avocats de Marc Dutroux, Me Bruno Dayez, a confirmé au quotidien que le rapport était « mauvais et même très mauvais » pour son client.

L’avocat a déclaré qu’il ne sait pas encore s’il maintiendra ou non son intention de demander une libération conditionnelle de Marc Dutroux devant le Tribunal de l’Application des Peines (TAP), précisant devoir discuter avant tout avec son client et son confrère, Me Nicolas Cohen. D’autres demandes pourraient également être introduites par les avocats, notamment pour des congés pénitentiaires.

Nouvelle expertise

En octobre dernier, le TAP avait ordonné de procéder à une nouvelle expertise psychiatrique de Marc Dutroux, conformément à la demande des avocats de ce dernier. Mes Bruno Dayez et Nicolas Cohen avaient demandé qu’un collège d’experts psychiatres soit désigné pour évaluer l’état mental actuel de leur client, afin notamment de réévaluer le risque de récidive dans son chef. Le ministère public s’était dit favorable à cette nouvelle expertise, les dernières datant de 2013 et 2015.

Une dangerosité certaine

Selon Sudpresse, des psychiatres et des psychologues ont donc rencontré Marc Dutroux à la prison de Nivelles à plusieurs reprises ces derniers mois. Il apparaîtrait, dans leur rapport, que l’homme est toujours psychopathe, maladie mentale caractérisée par l’absence de remords et d’empathie, et donc présentant encore une dangerosité certaine.

Marc Dutroux a été condamné en 2004 à la réclusion à perpétuité et à 10 ans de mise à disposition du TAP, pour avoir enlevé et séquestré six jeunes filles – Julie, Mélissa, An, Eefje, Sabine et Laëtitia -, pour avoir abusé sexuellement d’elles et pour avoir tué les quatre premières.