Une banane neutre en CO2, qu’est-ce que ça signifie?

Ph. Delhaize

D’un point de vue écologique, la banane fait partie des pires aliments pour l’environnement. Entre la culture et le transport, ce fruit a une empreinte carbone considérable. Dans ce contexte, Delhaize a lancé des bananes neutres en CO2.

Quand on évoque une alimentation durable et responsable, la banane est souvent pointée du doigt. Ce n’est d’ailleurs pas un hasard si ce fruit a disparu de la version 2020 de la pyramide alimentaire.

Les bananes et l’environnement

Il faut dire que les bananes sont vendues à un prix modeste (parfois moins d’1€/kg) mais que provenant d’Amérique ou d’Afrique, elles doivent nécessairement parcourir des milliers de km avant de se retrouver sur nos étals. Leur culture mais également leur transport jusqu’en Belgique ont donc un impact considérable sur l’environnement. Un kilo de banane demanderait ainsi 800 litres d’eau. Toujours sur son lieu de production, la culture de la banane nécessite l’utilisation d’engrais et de nombreux pesticides et fongicides. Ceux-ci sont notamment épandus avec des petits avions sur les cultures. Ces produits contaminent les sols, les cours d’eau mais aussi les travailleurs. Une fois cueillies, les bananes sont également traitées chimiquement pour supporter le transport. Elles doivent aussi passer par une phase de mûrissage, très énergivore. Enfin, le transport par camion puis par voie maritime dans des conteneurs réfrigérés contribue grandement à l’empreinte carbone de ce fruit. Tous ces éléments font que la banane est l’un des pires aliments pour l’environnement. Au final, les estimations sont variables mais un kilo de bananes émettrait environ 1 kg de CO2.

Des bananes neutres en CO2

Dans ce contexte, en janvier dernier, Delhaize a lancé des bananes neutres en CO2, une initiative présentée comme une première en Europe. Mais comment ça marche? Le principe est le même que les compagnies aériennes comme Ryanair qui proposent aux voyageurs de compenser les émissions en CO2 de leur vol et des plateformes comme Greentripper qui permettent aux particuliers et aux entreprises de compenser leurs voyages. Concrètement, en collaboration avec l’organisation Port International, Delhaize a calculé qu’un kilo de banane émettait en moyenne 0,9 kilo de CO2. En considérant son volume total des ventes annuelles, l’enseigne est arrivée au constat qu’elle devait compenser 7.110 tonnes de CO2 en an pour arriver à un bilan carbone neutre.

Un projet au Cambodge

Pour cela, Delhaize a fait le choix de soutenir des projets qui œuvre à la protection du climat. L’enseigne soutient notamment un projet qui vise à apporter de l’eau potable au Cambodge. Actuellement, 16 millions de Cambodgiens n’ont pas accès à l’eau potable. Ils doivent encore aller chercher de l’eau dans les rivières et les cours d’eau et la faire bouillir. Pour cela, les villageois utilisent un feu de bois ou de charbon. Une technique qui dégage non seulement du CO2 mais aussi qui nécessite du bois et qui contribue donc à la déforestation. Le projet soutenu par Delhaize consiste à financer des systèmes de filtration en céramique qui permettent ainsi à 1,7 million de Cambodgiens de ne plus devoir faire bouillir de l’eau et de dégager de grandes quantités de CO2 pour avoir de l’eau potable. Pour le consommateur belge, la différence se fait à la caisse puisque ces bananes neutres en CO2 avec le label Be Climate sont vendues environ 1,80 €/kg.

Les bananes neutres en CO2 constituent un projet pilote. L’enseigne envisage de prochainement ajouter d’autres fruits dans ce programme, comme les fraises par exemple. Néanmoins, s’il est impossible de manger des bananes locales, ce n’est pas le cas des fraises. Si elles arrivent un jour dans les supermarchés, les fraises neutres en CO2 ne manqueront pas de soulever d’autres questions. Mais nous n’y sommes pas encore!