Comment les marques s’adaptent à la fin du plastique à usage unique

Ph. Unsplash

L’UE s’est lancée dans la chasse au plastique à usage unique. Dès le 1er janvier 2021, les gobelets, les pailles, les couverts ou encore les touillettes seront interdits à la vente. Et ce n’est que le début. Les marques sont obligées de s’adapter et, nous allons le voir, elles rivalisent parfois d’ingéniosité!

Les plats en bagasse d’EXKi

La chaîne belge de restaurants EXKi n’a pas attendu la fin du plastique à usage unique pour faire des efforts en la matière. Dès 2013, elle a testé les pailles en carton, une initiative qui à l’époque n’avait pas été approuvée par la clientèle. Depuis l’an passé, les sandwichs vendus ne sont plus emballés dans du plastique mais dans du papier. Les entrées froides et certaines salades sont désormais vendues dans des contenants en bagasse, un résidu naturel de pulpe de canne à sucre, 100% naturel, recyclable et compostable.

Des pailles en pâte de Panzani

«Des pailles, des pailles, oui mais des Panzani», voici peut-être le prochain slogan de la marque française. En avril 2019, Panzani a lancé sur le marché la Panza Paille, une paille en pâte. Fabriquée à partir de blé et d’eau, elle est entièrement biodégradable et compostable. Son coût est modeste (moins de 4 centimes l’unité) et elle est capable de tenir 1h dans les boissons fraîches ou ambiantes avant d’être un peu moins efficace! Mais ne la cherchez pas dans les magasins, elle est pour l’instant réservée aux professionnels.

Des gobelets en biscuit

Les gobelets en plastique à usage unique sont voués à disparaître et les restaurateurs vont bien devoir trouver des alternatives. Et pourquoi pas, dans certains cas, se tourner vers Tassiopée. Cette marque française a mis au point des petites tasses à café fabriquées en biscuit nappé de chocolat noir. Une fois son café terminé, le consommateur peut ainsi manger le contenant! Disponibles pour les particuliers dans les magasins Nature et Découverte en France, les tasses à croquer n’attendent qu’à être adoptées dans les professionnels de la restauration.

Candia éco-conçue

Au-delà du plastique à usage unique, des marques s’engagent à réduire l’utilisation des ressources fossiles dans leurs emballages. C’est le cas de la marque Candia qui a lancé l’été dernier sur le marché français une brique de lait sans aluminium et sans suremballage plastique. Cette brique «éco-conçue» est composée à 75% de carton issu de forêts gérées durablement. La couche d’aluminium qui servait de barrière a été supprimée. Le plastique n’a cependant pas encore pu être banni totalement, notamment pour le bouchon et les couches d’étanchéité à l’intérieur de la brique.

Bientôt un yaourt en vrac?

Les petits pots de yaourt en plastique seront-ils eux-aussi bientôt bannis des supermarchés? Si la mesure n’est pas encore d’actualité, certaines marques commencent déjà à envisager un futur sans plastique. En juin dernier, le géant Danone a installé dans un magasin parisien proposant des aliments en vrac un distributeur de yaourts bio. Les consommateurs peuvent ainsi se servir eux-mêmes, soit directement dans leur propre contenant, soit dans un carton alimentaire recyclable proposé dans le distributeur. Pour l’instant, l’innovation est encore en phase de test mais elle pourrait bien se généraliser dans un futur proche.