Quatre drones MQ-9B SkyGuardian commandés pour la Belgique par le Pentagone

Belga / F. Marot

Le Pentagone a annoncé avoir octroyé un contrat de près de 190 millions $, soit environ 159,478 millions €, à la société américaine General Atomics Aeronautical Systems Inc. (GA-ASI) pour la fourniture de quatre drones de type MQ-9B SkyGuardian destinés à la Belgique.

Ce contrat, qui fait suite à la décision du gouvernement belge d’acheter ces quatre drones (« Medium Altitude Long Endurance ») prise en octobre 2019. Le département d’Etat américain avait approuvé cette vente six mois plus tôt, évoquant alors un montant estimé à 600 millions $ (environ 532,155 millions €), un montant qualifié de « maximal » par le ministère de la Défense.

Le Pentagone (ministère américain de la Défense) a annoncé vendredi avoir accordé à GA-ASI le contrat d’achat d’un montant de 188,867 millions $ portant sur quatre MQ-9B, deux stations de contrôle au sol, des pièces de rechange et des équipements de soutien via la procédure FMS (« Foreign Military Sales », couramment pratiquée par Washington pour ses ventes d’armes d’Etat à Etat).

Livraisons à partir de 2023

« Les travaux (de construction) de ces appareils sans pilote seront réalisés à Poway, l’un des sièges de cette entreprise en Californie et devraient être terminés le 31 mars 2024 », précise le département de la Défense.

La Belgique a sélectionné le MQ-9B SkyGuardian comme futur drone Male. Deux systèmes, comprenant chacun deux appareils (potentiellement armés) doivent être commandés l’an prochain, pour un montant de 226 millions €. Les livraisons sont attendues à partir de 2023 pour équiper la 80e escadrille, actuellement équipée de B-Hunter de conception israélienne vieillissants qui seront retirés du service le 1er septembre, opérant depuis la base de Florennes, dans l’Entre-Sambre-et-Meuse.

40 heures de vol à 13 km d’altitude

Le SkyGuardian est le dernier membre de la prolyxe famille des MQ-9 née avec le Predator en service dans les armées américaine, britannique, française, italienne et prochainement espagnole, néerlandaise, australienne et belge.

D’une envergure de 24 mètres pour une longueur de 11,7 m, il est propulsé par un turbopropulseur Honeywell TPE331-10. Il est capable de réaliser des missions ISR (« Intelligence, Surveillance and Reconnaissance »), de détecter des objectifs éventuels (« Target acquisition ») et de désigner des cibles pour d’autres vecteurs armés (« Target designation ») en volant durant 40 heures à 40.000 pieds (plus de 13 kms d’altitude). Doté de neuf points d’emport, ce drone peut être armé de missiles et de bombes, une capacité largement utilisée par les Etats-Unis et la France dans leur guerre contre les groupes armés djihadistes en Afghanistan, au Moyen-Orient et en Afrique.

Une nouvelle infrastructure à 23 millions 

En Belgique, l’arrivée du SkyGuardian va contraindre le ministère de la Défense à construire un nouveau complexe d’infrastructures dédié à Florennes pour un budget estimé à 23 millions €. Ce projet comprend principalement la construction d’un bâtiment dédié aux phases de préparation et de conduite des missions ainsi que d’un nouveau hangar de maintenance pour deux appareils et d’ateliers attenants pour l’entretien de certains composants.

L’ensemble sera entouré d’une enceinte de sécurité et est distinct du complexe destiné à abriter les futurs avions de combat F-35.