La Chine veut Biden à la tête des Etats-Unis, la Russie préfère Trump

AFP / K. Rivas

La Chine préfèrerait que Donald Trump, considéré comme «imprévisible» par Pékin, ne soit pas réélu lors de la présidentielle américaine du 3 novembre, et a «accentué ses efforts d’influence» en amont du scrutin, ont estimé vendredi les services de renseignement américains.

L’Iran essaie aussi «d’affaiblir le président Trump», tandis que la Russie utilise «plusieurs leviers surtout pour dénigrer» le rival démocrate de Trump, Joe Biden, a précisé dans un communiqué William Evanina, directeur du Centre national du contre-renseignement et de la Sécurité (NCSC). «Certains acteurs liés au Kremlin cherchent également à favoriser la candidature du président Trump sur les réseaux sociaux et à la télévision russe», a-t-il ajouté.

M. Evanina a promis de continuer de tenir le public informé alors que l’élection présidentielle américaine, prévue début novembre, se rapproche. En 2016, la Russie avait été accusée d’ingérence dans la présidentielle, nuisant à la candidate démocrate Hillary Clinton et favorisant le républicain Donald Trump. Le Kremlin a toujours rejeté toute implication dans les élections américaines.