Un Belge raconte le chaos qu’il a vécu lors de l’explosion à Beyrouth

ADP / A. Amro
Anthony L., un Belge de 30 ans qui réside à Beyrouth, a raconté au quotidien « Het Laatste Nieuws » la façon dont il a vécu l’explosion de Beyrouth, qui a fait au moins 137 morts. Situé à 200 mètres du port, il explique le chaos ambiant et la façon dont son appartement a été soufflé.
Ce mardi, Beyrouth a été secoué par une double explosion d’une violence inouïe. Anthony L., un consultant belge originaire d’Alost, l’a vécue au plus proche de l’action, vivant dans la Skyline Tower, située à 200 mètres du port de la capitale libanaise. « C’est un miracle que nous soyons encore en vie », raconte-t-il à « Het Laatste Nieuws » au téléphone.
Dans l’après-midi, le Belge voit un panache de fumée s’élever et décide de sortir sa caméra depuis son balcon, aux côtés de sa compagne Nathalie. Il ne suffit que de quelques secondes pour que l’explosion retentisse et fasse tomber le couple à la renverse. En l’espace d’un instant, tout, autour d’eux, est détruit.

« J’ai cru à un bombardement »

« On aurait dit des avions de chasse à basse altitude, j’ai cru à un bombardement. J’ai d’abord entendu un bruit ressemblant à un avion à réaction. Après cela, une petite explosion a retenti. Un épais panache de fumée s’est alors levé », explique le jeune homme. « J’ai d’abord poussé Nathalie sous la grande table à manger. »

Mais Anthony comprend vite qu’il faut s’en aller, embarque son passeport et de l’argent, puis sort pour constater les dégâts et le chaos qui règne dans la ville. « Personne ne savait ce qui se passait, tout le monde paniquait », précise-t-il. Le bal des sirènes s’ouvre et sera incessant pendant plusieurs heures. « Mes beaux-parents étaient convaincus que nous étions morts. Il n’y avait pas d’autre moyen, nous sommes à 200 mètres du port dans le plus haut bâtiment. »

Des victimes dans la tour d’Anthony

10 résidents du bâtiment dans lequel se trouvait l’appartement d’Anthony sont décédés. « Le fait que nous vivions à l’arrière était notre salut », confie le jeune homme. « Chez mon voisin, il n’y avait pas de balcon, c’était un trou. Les portes coulissantes ont été complètement soufflées. Heureusement, il n’était pas à la maison. »

Au total, 137 personnes, dont deux Belges, au moins sont décédées et plus de 5.000 personnes ont été blessées par cette tragique explosion. Plus de 300.000 personnes sont désormais sans-abri.