À l’aéroport de Dubaï, des chiens pour détecter les passagers infectés par le covid

S. Krasilnikov/TASS/Sipa USA

C’est une première mondiale. L’aéroport de Dubaï utilise désormais des chiens capables de détecter en quelques minutes si les passagers sont porteurs du coronavirus, avec un taux de précision qui atteint les 92%. Entraînés pour identifier les échantillons infectés, les chiens pourraient s’avérer être des alliés très efficaces dans la lutte contre le covid-19.  

L’aéroport de Dubaï est le premier au monde à déployer ce dispositif inédit : des chiens pour détecter les personnes porteuses du coronavirus.

Des chiens de police, spécialement entraînés, testent désormais tous les passagers qui arrivent aux Émirats Arabes Unis. Pour ce faire, des échantillons sont prélevés sous les aisselles des passagers. Les prélèvements sont ensuite placés dans des entonnoirs, dans une pièce isolée. C’est à ce moment que nos compagnons canins entrent en action.

92% d’exactitude

Ils s’approchent de chaque échantillon et les reniflent. En quelques minutes, les résultats sont là. Si le chien détecte le covid, le passager sera soumis à un test nasal PCR.

D’après les premières données, le diagnostic canin est exact dans 92% des cas, souligne le ministère de l’Intérieur. « Ces chiffres démontrent que les chiens peuvent détecter rapidement des cas de contaminations, et donc aider à protéger les endroits stratégiques, à gérer efficacement les foules importantes, à sécuriser les grands événements, les aéroports, etc. »

Des résultats prometteurs

L’aéroport de Dubaï n’est pas le premier à mettre l’odorat extraordinaire des chiens au service de la lutte contre le covid.

Des chercheurs allemands ont entraîné huit chiens de l’armée à distinguer les échantillons infectés des échantillons sains. Ils ont ensuite testé leur capacité à identifier seuls les prélèvements. D’après le Daily Mail, sur 1012 échantillons reniflés, ils ont réussi à identifier 157 infections et 792 échantillons sains avec une rapidité étonnante. Ils se sont trompés dans 33 cas, ce qui porte leur taux de réussite à 94%.

Dans un cas comme dans l’autre, ces résultats sont particulièrement prometteurs. Ils jettent les bases pour de prochaines recherches qui permettraient d’évaluer si les chiens sont capables de détecter la maladie à un stade précoce, voire avant même que les symptômes n’apparaissent.

Cela fait d’ailleurs actuellement l’objet d’une étude au Royaume-Uni. Soutenue par le gouvernement, les chercheurs de la London School of Hygiene & Tropical Medicine (LSHTM) ont démarré leurs premiers essais au mois de mai.

Nos amis à quatre pattes pourraient donc être un atout majeur pour lutter contre le covid. D’autant plus que lorsqu’ils sont bien entraînés, ils seraient capables de dépister 250 personnes par heure !