On a testé Paper Mario : The Origami King sur Nintendo Switch

Test de Paper Mario : The Origami King sur Nintendo Switch

Que diriez-vous d’un jeu Mario pour vous occuper cet été ? Ça tombe bien, dévoilé de manière inattendue au printemps dernier, Paper Mario : The Origami King débarque ce 17 juillet sur Nintendo Switch.

Moins connue et populaire que Super Mario, la saga Paper Mario fête cette année ses 20 ans d’existence et son sixième épisode. Quatre ans après Color Splash sur Wii U, elle débarque pour la première sur Switch avec The Origami King.

Un bijou de créativité

Le gros point fort de ce nouveau titre est sa direction artistique. Ces dernières années, Nintendo s’était déjà amusé à jouer, avec succès, avec les matières avec des titres comme « Kirby et le Pinceau arc-en-ciel » et son monde en pâte à modeler ou encore « Yoshi’s Crafted World » et son univers laineux. Ce Paper Mario suit la même direction avec un magnifique monde rempli de personnages et de décors en papier et en carton. Lorsqu’il se déplie sous les yeux des joueurs, Paper Mario : The Origami King est un petit bijou de créativité, mêlant 2D et 3D, à la fois étonnant et très joli à regarder.

La réalisation contraste néanmoins avec le scénario qui est quant à lui très classique. Le roi Olly a transformé la princesse Peach en origami et a volé son château. Impossible pour Mario d’y entrer puisque l’ennemi l’a enroulé de six immenses serpentins. Le plombier moustachu va donc explorer un vaste monde pour retirer un à un ces rubans. Mario peut compter sur l’aide d’Olivia, une sorte de fée clochette en origami, toujours là pour l’aider lorsqu’il en a besoin. Au cours de l’aventure, il rencontrera également de nouveaux personnages qui rejoindront son équipe.

Paper Mario : The Origami King introduit de nouveaux mécanismes de jeux. Mario est capable de lancer des confettis, qu’il récolte dans un sac durant l’aventure, pour reboucher les trous et les dégâts causés par les origuerriers (des guerriers en origami) un peu partout dans le monde. En se positionnant sur certaines cases, notre héros est aussi capable d’utiliser des supers pouvoirs, dont la liste s’agrandit au fil des heures de jeu. Ceux-ci utilisent notamment la détection de mouvements des manettes de la Switch.

Une dimension RPG

Enfin, comme ses prédécesseurs de la saga Paper Mario, The Origami King se présente sous la forme d’un jeu d’aventure mais aussi d’un RPG, un jeu de rôle. L’élément le plus marquant reste les combats qui se déroulent à l’ancienne, au tour par tour. Les affrontements présentent aussi quelques originalités puisque, avant chaque combat, il faut par exemple résoudre un petit casse-tête dans le temps imparti qui demande de positionner correctement les ennemis sur le plateau en jouant avec deux. C’est sympa et original mais cela alourdit aussi considérablement les combats. Ainsi, après dix combats à devoir correctement placer les ennemis avant de pouvoir les attaquer, la lassitude s’installe.

Parfois, un peu trop répétitif

C’est un défaut qui revient d’ailleurs dans le reste du jeu. Malgré son originalité, sa créativité et la variété de ses décors, Paper Mario : The Origami King devient rapidement répétitif. La durée de vie est considérable (plus d’une trentaine d’heure de jeu) mais il y a beaucoup d’aller-retour à effectuer et ce n’est pas le scénario (ou plutôt l’absence de scénario) qui arrive à rendre la partie vraiment passionnante.

L’humour est omniprésent dans Paper Mario : The Origami King et les centaines de Toad en papier cachés dans les décors ont ainsi toujours une petite blague à faire. Mais là encore, après des dizaines de fois, on peine à encore décrocher à un sourire et c’est plutôt la lourdeur qui s’installe. Malgré tout, au fil des heures, Paper Mario : The King Origami arrive toujours à surprendre et à étonner. Les boss du jeu sont particulièrement amusants et originaux, comme cette boîte à crayons lanceuse de missiles. Néanmoins, ne vous fiez pas à son aspect enfantin. Cet épisode sait aussi se montrer difficile et exigeant. La disposition des ennemis avant les combats et le système particulier des affrontements contre les boss peuvent ainsi parfois demander beaucoup de jugeote.

Notre verdict

Paper Mario : The King Origami brille par son originalité et sa direction artistique. C’est un petit bijou de créativité qui déplie son magnifique monde en papier devant les yeux des joueurs. Mais la beauté ne fait pas tout. Si la durée de vie est solide, le jeu n’évite pas quelques longueurs et lourdeurs et le système de combats pourrait décourager certains joueurs. Néanmoins, ne boudons pas notre plaisir, Paper Mario : The Origami King offre une longue et belle aventure qui occupera les petits comme les grands cet été sur Switch. 4/5

 

REVIEW OVERVIEW
Paper Mario : The King Origami sur Switch
SOURCEThomas Wallemacq