Sept BD à ne pas manquer cet été

Le coronavirus est venu chambouler les sorties BD du printemps mais il est temps de rattraper le retard, d’à nouveau franchir les portes des librairies et de se faire plaisir.  Voici quelques-uns de nos coups de cœur de l’été. 

Pole Dance, ma vie en équilibre

On commence cette sélection pour un album feel good et une très belle surprise. Dans cette première BD très autobiographique, Juliette Taka raconte comment une jeune femme de 25 ans plutôt mal dans sa peau s’est lancée dans la pole dance. Elle a trouvé dans ce sport méconnu et souvent incompris une source de développement personnel. « Ma vie en équilibre » est un récit personnel, à la fois touchant et amusant, sur l’acceptation de soi et de son corps. Superbement dessiné, l’album est rempli de « Carnets de bord », des pages de conseils sur la pratique de la pole dance.

« Pole Dance, ma vie en équilibre », de Juliette Taka, éditions Glénat, 152 pages, 17 €

La Fourgo

La couverture peut faire penser à un mélange entre le célèbre livre pour enfants « Arc-en-Ciel, le plus beau poisson des océans » et le dessin animé « Le Bus magique ». Il n’en est rien. Fourgo raconte l’histoire d’Ours, un homme qui vit dans une camionnette dans les rues de Barcelone. Les gens le prennent pour un voleur, un gitan ou un profiteur du système. Le lecteur, quant à lui, découvre le parcours d’un homme à qui la vie n’a pas toujours souri, prêt à tout pour le bonheur de sa fille. Un récit touchant et bouleversant.

« La Fourgo », de Tognola et Pardina, éditions Michel Lafon, 174 pages, 20,90 €

L’homme qui tua Chris Kyle

En 2014, avec « American Sniper », Clint Eastwood adaptait au cinéma l’autobiographie de Chris Kyle, un tireur d’élite de la marine américaine assassiné en 2013 par Eddie Ray Routh. Dans cet album, Fabien Nury adopte une approche documentaire, très différente de celle de Clint Eastwood. Il montre comment les USA ont élevé au rang de héros un homme qui a tué des centaines de personnes en Irak mais aussi 32 civils sur le sol américain et adopte le point de vue d’Eddie Routh. Un éclairage passionnant sur la mort de ce sniper.

« L’homme qui tua Chris Kyle », de Nury et Brüno, éditions Dargaud, 164 pages, 22,5 €

L’Exilé

Cet été, les éditions Anspach mettent à l’honneur la traduction française de « De Balling » de l’auteur et dessinateur Néerlandais Erik Kriek. « L’Exilé » est un bel album qui nous plonge plus de 1.000 ans en arrière, en Islande. Après sept ans d’exil suite au meurtre de son meilleur ami, Hallstein Thordsson est de retour sur ses terres natales. Ce guerrier viking va tenter de retrouver sa place mais les choses ont bien changé sur l’île. Cette épopée présentée comme « un western au temps des vikings » mérite le coup d’œil, notamment grâce à la qualité des dessins d’Erik Kriek.

« L’Exilé », d’Erik Kriek, éditions Anspach, 190 pages, 29 €

Dans mon village, on mangeait des chats

Au début de l’année, Philippe Pelaez avait montré tout son talent pour raconter des histoires avec l’excellent « Puisqu’il faut des hommes ». Cet été, ce scénariste prolifique est de retour avec « Dans mon village, on mangeait des chats », une BD noire qui retrace le parcours de Jacques, un gamin devenu meurtrier. À partir l’histoire d’un boucher du Sud-Ouest de la France qui tuait des chats pour en faire du pâté, on découvre comment un gamin est peu à peu arrivé à la tête d’un empire criminel. Le rythme est soutenu, sans temps morts, le scénario digne d’un excellent film !

« Dans mon village, on mangeait des chats », de Pelaez et Porcel, éditions Grand Angle, 56 pages, 15,9 €

Philocomix

Et si vous profitiez de l’été pour philosopher ? C’est la proposition de Philocomix. D’Aristote à Hannah Arendt, en passant par Tocqueville, Anne-Lise Combeaud, Jena-Philippe Thivet et Jérôme Vermer plongent les lecteurs à la recherche du bonheur et proposent « une sorte de marmite dans laquelle nous pourrons tous puiser. Pour être enfin heureux… ensemble ! ».  Le résultat est à la fois drôle et instructif, sans jamais être ennuyant. Et si vous ne trouvez pas la recette du bonheur à la lecture de cet album, vous en ressortirez certainement plus instruit. C’est toujours ça de pris !

« Philocomix – tome 2 : Dix nouvelles approches du bonheur », de Thivet, Vermer et Combeaud, éditions Rue de Sèvres, 184 pages, 18 €

Peau d’homme

On clôture cette sélection avec une véritable pépite. « Peau d’homme » brille par l’originalité de son scénario. Dans l’Italie de la Renaissance, Bianca doit se marier avec un homme qu’elle ne connaît pas, choisi par ses parents. Sa tante va alors lui faire part d’un secret qui se transmet entre les femmes de la famille depuis des générations. En revêtant une « peau d’homme », Bianca se transforme en jeune homme. Par ce biais, elle va entrer dans le monde masculin et en apprendre un peu plus sur son futur mari. Un album brillant qui aborde intelligemment notre rapport au genre et à la sexualité.

« Peau d’homme », de Hubert et Zanzim, éditions Glénat, 160 pages, 27 €

Thomas Wallemacq