Un manque à gagner estimé à 3.300 milliards $ pour le tourisme à travers le monde

Unsplash

Les restrictions liées au Covid-19 devraient se traduire ces prochains mois par un manque à gagner allant de 1.200 à 3.300 milliards de dollars pour le tourisme et les secteurs liés, selon une estimation de l’ONU publiée mercredi.

Selon une nouvelle étude de la Conférence des Nations unies pour le commerce et le développement (Cnuced), le tourisme, qui représentait environ 300 millions d’emplois dans le monde en 2019, est l’un des secteurs les plus touchés par la crise.

Le document se base sur une récente évaluation de l’Organisation mondiale du tourisme (OMT) selon laquelle la chute de la demande de voyages internationaux pourrait se traduire par une baisse de 850 millions à 1,1 milliard de touristes internationaux.

A la lumière de ces chiffres, la Cnuced a élaboré trois scénarios pour évaluer le manque à gagner que devraient enregistrer le tourisme et les secteurs liés.

Nombre de secteurs touchés

«Il s’agit du manque à gagner pour le tourisme et les secteurs étroitement liés, comme par exemple les hôtels et les restaurants mais aussi les producteurs qui vendent aux hôtels leurs produits agricoles, les banques qui ont accordé des prêts aux hôtels, les producteurs d’énergie, la construction, etc», a détaillé Ralf Peters, Chef de la Section d’information sur le commerce à la Cnuced.

Le scénario intermédiaire élaboré par la Cnuced, qui est le plus proche de l’évaluation faite par l’OMT, suppose une interruption du tourisme international de huit mois et évalue le manque à gagner à 2.200 milliards de dollars, soit 2,8% du produit intérieur brut (PIB) mondial.

Il devrait en revanche atteindre 1.200 milliards $, soit 1,5% du PIB mondial, si l’interruption ne dure que quatre mois, et 3.300 milliards, ou 4,2% du PIB mondial, si elle dure un an.

Impact économique immense

«Ces chiffres nous rappellent clairement une chose que nous semblons souvent oublier: l’importance économique du secteur et son rôle de bouée de sauvetage pour des millions de personnes dans le monde entier», a souligné la directrice de la division du commerce international de la Cnuced, Pamela Coke-Hamilton.

«Pour de nombreux pays, comme les petits Etats insulaires en développement, un effondrement du tourisme signifie un effondrement de leurs perspectives de développement. Ce n’est pas quelque chose que nous pouvons nous permettre», a-t-elle ajouté.