Des victimes de Weinstein vont se partager 19 millions $

AFP

Plusieurs femmes victimes d’agression sexuelle de la part d’Harvey Weinstein, reconnu coupable en février de viol notamment, vont se partager près de 19 millions $ dans le cadre d’une action de groupe.

«Harvey Weinstein et la Weinstein Company ont failli envers leurs employées. Après tout le harcèlement, les menaces, la discrimination, et la discrimination basée sur le genre, une certaine justice est rendue à ces survivantes», a indiqué la procureure Letitia James dans un communiqué, sans préciser le nombre de personnes que cet accord doit englober. Ces dédommagements, qui doivent encore recevoir l’aval de deux tribunaux, découlent de poursuites lancées contre l’ancien producteur hollywoodien de 68 ans et contre le studio The Weinstein Company.

Mais un avocat de plusieurs plaignantes a immédiatement critiqué la proposition d’accord, estimant qu’il s’agissait d’une «trahison totale». Selon Douglas Wigdor, M. Weinstein «n’accepte aucune responsabilité pour ses actions» dans cette transaction et il ne va devoir verser aucun argent de sa poche. Cet avocat représente en particulier Tarale Wulff, une ancienne serveuse qui a témoigné au procès de Weinstein que l’ancien producteur l’avait violée dans son appartement en 2005. Il a relevé que cet accord allait empêcher les personnes ne souhaitant pas y souscrire de chercher d’autres voies pour obtenir compensation. Il compte s’y opposer devant la justice.

L’ex-producteur de cinéma, déclaré coupable en février de viol et d’agression sexuelle, a été condamné le 11 mars à 23 ans de prison à l’issue d’un procès très médiatisé à New York. Près de 90 femmes dont Angelina Jolie et Salma Hayek ont, à ce jour, accusé publiquement Harvey Weinstein de harcèlement, d’agression sexuelle ou de viol. La plupart des faits allégués sont prescrits.