Le travaux du « train maya » suspendus jusqu’à nouvel ordre au Mexique

Elizabeth RUIZ / AFP

La justice mexicaine a suspendu les travaux du « train maya« , une ligne de chemin de fer controversée qui doit traverser les territoires mayas au sud-est du pays, après le recours d’une communauté indigène.

« Nous allons nous soumettre aux décisions de justice. Si une autorité ou un juge nous ordonne d’interrompre des travaux, nous allons obéir », a déclaré mercredi le président mexicain, Andrés Manuel Lopez Obrador, confirmant cette mesure, qui date de lundi, lors de sa conférence de presse quotidienne.

Un suspension temporaire ?

Le « train maya » est un des projets emblématique du gouvernement du président Lopez Obrador, qui a dénoncé un recours en justice « à caractère politique ». La suspension des travaux vise à sauvegarder le « droit à la santé » de l’ethnie Ch’ol durant la pandémie de nouveau coronavirus, selon le communiqué du collectif « Indignacion », qui soutient et conseille les peuples autochtones.

De son côté, le Fonds national pour le développement du tourisme (Fonatur), organisme gouvernemental en charge du projet, a précisé que la décision de justice ne s’appliquait que durant l’état d’urgence sanitaire et se limitait aux seuls travaux réalisés dans la localité de Palenque, dans l’Etat du Chiapas, où se trouve un célèbre site archéologique.

Une ligne controversée de 1.500 km

Dans un communiqué, le Fonatur ajoute que l’activité sur le chantier « a été réduite à l’essentiel, se déroulant à l’air libre, en respectant la distance de sécurité et la mise en place d’un protocole de protection validé par le ministère du Travail ». Cependant, des ONG et des associations de défense de l’environnement rejettent la construction de cette ligne de chemin de fer longue de 1.500 km et d’un coût de 6 milliards de pesos (environ 270 millions de dollars).