Le gouvernement s’apprête à protéger la future infrastructure 5G

AFP

Le Conseil National de Sécurité (CNS) s’est déjà réuni lundi, mais pas à propos du coronavirus. Il y a été décidé de protéger la future infrastructure 5G, annonce mercredi le ministre des Télécoms Philippe De Backer (Open Vld). Le gouvernement envisage une série de restrictions visant à empêcher une utilisation «indésirable» de l’infrastructure.

Les États-Unis ont récemment averti les pays européens des risques de s’associer au géant chinois des télécommunications Huawei pour l’expansion de la 5G. Les Américains soupçonnent l’entreprise d’espionnage pour le compte du gouvernement chinois. Plusieurs pays européens ont décidé de ne pas autoriser Huawei à installer la 5G.

Lundi, le CNS a décidé de protéger les futures infrastructures 5G.

Selon Philippe De Backer, la Belgique choisit «d’imposer des conditions de sécurité strictes pour éviter les utilisations indésirables». L’objectif est de mieux protéger l’infrastructure 5G et de limiter l’accès à un certain nombre de ses parties.