La restauration complètement loupée d’un Murillo scandalise l’Espagne

Ph. Twitter

La polémique enfle depuis quelques jours en Espagne dans le domaine de l’art. La restauration d’un tableau de Bartolomé Esteban Murillo a été complètement manquée et les dégâts pourraient bien être irréversibles. Les collectionneurs d’art s’insurgent face à un tel amateurisme. 

Un tableau représentant l’Immaculée Conception, peint par Bartolomé Esteban Murillo au XVIIe siècle, a été complètement bousillé lors d’une restauration. L’Europa Press affirme que son propriétaire, originaire de Valence, aurait fait appel à un restaurateur de meuble pour effectuer un simple nettoyage du tableau.

Celui-ci, pas du tout formé pour ce genre de tâches, a totalement raté la restauration qu’il réalisait pour 1.200 €. Un professionnel a alors pris le relais, mais les dégâts semblent être irréparables. Les traits sont grossiers et les photos de cette transformation font peine à voir.

D’après Maria Borja, vice-présidente de l’Association des conservateurs et restaurateurs espagnols, le problème est « beaucoup plus fréquent que ce que l’on pourrait penser », comme elle le raconte au Guardian. Il ne concerne d’ailleurs pas que les tableaux, mais peut aussi toucher les statues ou les meubles d’époque.

Difficile à avaler…

« Nous ne les découvrons que lorsque des personnes les signalent à la presse ou sur les réseaux sociaux, mais il y a de nombreuses situations où les travaux sont entrepris par des personnes qui ne sont pas formées », explique-t-elle. En Espagne, aucune loi n’oblige les collectionneurs d’art à faire appel à un professionnel de la restauration.

La pilule a du mal à être avalée du côté de Fernando Carrera, ancien président de l’association, toujours dans les colonnes du Guardian. « Pouvez-vous imaginer que n’importe qui soit autorisé à opérer sur d’autres personnes? Ou quelqu’un autorisé à vendre des médicaments sans licence de pharmacien? Ou quelqu’un qui n’est pas un architecte autorisé à construire un bâtiment? », s’insurge-t-il, avant de conclure: « Nous devons attirer l’attention de la société sur ce point afin qu’elle choisisse des représentants qui mettent le patrimoine à l’ordre du jour. »