Une nouvelle piste pour comprendre la propagation du Covid-19 par les porteurs asymptomatiques

AFP

Des chercheurs de Melbourne ont embarqué à la mi-mars 2020 à bord d’un navire de croisière pour une expédition dans l’Antarctique. Le voyage a tourné court lorsque des cas de Covid-19 se sont déclarés sur le paquebot. Les scientifiques ont saisi cette occasion pour étudier la transmission du virus sur le bateau.

Les scientifiques expliquent que malgré des précautions drastiques, comme la prise de température avant l’embarquement et la présence de gels hydro-alcoolique à bord, particulièrement dans la salle à manger, un premier cas de fièvre a été décelé au huitième jour de l’expédition. Publiés dans la revue médicale Thorax, leurs résultats montrent que 81% des passagers testés positifs n’ont développé aucun symptôme.

Les passagers ont donc été confinés dans leurs cabines et tout le personnel à bord a dû porter des masques chirurgicaux PPE. De plus, au 20ème jour, les 217 passagers et l’équipage ont subi un dépistage. Parmi les personnes à bord, 59% ont été testées positives au coronavirus. Cependant, parmi les patients ayant été testés positifs, seuls 19% (soit 24 passagers) avaient développé des symptômes, tandis que 81% (108 passagers) étaient asymptomatiques.

Il note qu’il est difficile d’établir une estimation fiable du nombre de patients ne présentant aucun symptôme mais que le chiffre de 1% des cas asymptomatiques avancé par l’OMS début mars est bien inférieur à celui observé sur le paquebot. « Alors que les pays sortent progressivement du confinement, la forte proportion d’individus infectés mais asymptomatiques peut signifier que le pourcentage de personnes ayant contracté le Covid-19 pourrait être bien plus élevé que les estimations », conclut le chercheur.