Beyoncé appelle à la justice pour George Floyd

AFP

Rihanna, Killer Mike, Lady Gaga, Taylor Swift… de nombreuses stars ont manifesté leur colère après la mort tragique de George Floyd, un Afro-Américain décédé à Minneapolis lors de son arrestation par la police. Via les réseaux sociaux, Beyoncé appelle à ce que justice soit rendue.

Bouleversée par la mort de George Floyd, un homme noir de 46 ans asphyxié lors de son arrestation par la police à Minneapolis, la star a livré un puissant message.

« Une personne a été inculpée, mais justice est loin d’être rendue », déclare la chanteuse dans une vidéo partagée sur Instagram. « Nous avons besoin de justice pour George Floyd ».

« Nous ne pouvons plus détourner le regard »

« Nous avons tous été témoins de son assassinat en plein jour. Nous sommes brisés et écœurés. Nous ne pouvons pas banaliser cette souffrance », poursuit la star, sur quelques notes de piano. « Je ne m’adresse pas seulement aux gens de couleur. Si vous êtes blanc, noir, métisse ou quoi que ce soit entre les deux, je suis sûre que vous vous sentez désespéré face au racisme qui sévit en Amérique aujourd’hui.»

 

Voir cette publication sur Instagram

 

If you want to demand more charges brought on all those involved in the death of George Floyd, click the link in my bio to sign the petition.

Une publication partagée par Beyoncé (@beyonce) le

« Nous ne pouvons plus détourner le regard », insiste la chanteuse de 38 ans. « C’en est fini de considérer les gens de couleur comme moins qu’un être humain. Trop de fois nous avons vu ces meurtres violents, mais sans aucune conséquence. Certes, quelqu’un a été inculpé, mais justice est loin d’être rendue ».

10 millions de signatures

Beyoncé réclame « justice » pour cet Afro-américain et appelle à signer des pétitions contre le racisme. L’une d’entre elles a déjà récolté plus de 10 millions de signatures.

Les pétitions se retrouvent sur le site officiel de la chanteuse, surplombées par le hashtag #Wecantbreathe («Nous ne pouvons plus respirer»), en référence aux derniers mots de George Floyd, suppliant le policier blanc qui maintenait son genou sur son coup de relâcher son emprise.