Un site historique majeur dynamité pour faire place à une mine de fer

AFP

Une compagnie minière vient de commettre l’irréparable en Australie. Elle a fait exploser un site aborigène vieux de 46.000 ans. On y avait trouvé plus de 7.000 objets d’une grande valeur historique.

Détruire un site à haute valeur patrimoniale choque toujours. On se souvient des réactions ulcérées lorsque les talibans avaient détruit les Bouddha de Bamiyan, en Afghanistan, en mars 2001. C’est encore plus choquant lors que cela se fait avec l’autorisation des autorités. Le site culturel vieux de 46.000 ans, qui était sacré pour les aborigènes, a été détruit par la société minière Rio Tinto avec l’aval du gouvernement. «C’est l’un des sites les plus sacrés de la région de Pilbara… Nous voulions que cette zone soit protégée», regrette dans le Guardian Burchell Hayes, le directeur de la corporation aborigène Puutu Kunti Kurrama et Pinikura (PKKP).

AFP

Le site était l’un des plus anciens de la région de Pilbara, et le seul à l’intérieur des terres témoigner de l’occupation continue par les aborigènes qui a duré jusqu’à la dernière période glaciaire. « Les sites aborigènes connus en Australie qui sont aussi anciens que celui-ci se comptent sur les doigts de la main », ajoute le président du PKKP, John Ashburton. « Notre peuple est profondément attristé par la destruction de ces grottes et pleure la perte du lien avec nos ancêtres ainsi qu’avec notre terre. »

La grotte dynamitée laissera désormais la place à une mine de fer.